Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Est-ce le moment de revenir sur Engie ?

Rédigé le 7 mars 2017 par | Actions, Big caps Imprimer

 

Même s’il y a encore de nombreuses incertitudes sur ENGIE (FR0010208488), il devient peut-être enfin intéressant de se pencher sur le groupe. DU moins, le rebond récent nous intrigue : est-ce le signe d’une amélioration réelle pour le groupe ?

Engie a vécu la semaine dernière sa plus belle semaine boursière depuis 2008 ; depuis ses plus bas historiques à 10,76 €, le titre a rebondi de plus de 20% à 12,92 € vendredi dernier après avoir gagné 8% en séance jeudi. Du jamais vu depuis bien longtemps pour Engie !

Rebond de Engie

Comme vous le voyez sur ce graphique de long terme, le titre ne cesse pourtant de chuter depuis 2008. Il a certes, bien rebondi lorsqu’il venait s’appuyer sur le support de son canal baissier, mais à chaque fois, la hausse était contenue par la résistance (oblique rouge supérieure). Impossible de sortir de cette spirale baissière !

Mais comme vous le voyez, en gagnant 20% sur quelques séances, Engie semble avoir touché le fond et les investisseurs sont prêts à soutenir le titre. Mais pourquoi ?

Les résultats sont pourtant encore bien médiocres.

L’an dernier, le chiffre d’affaires a encore reculé de 4% à 66,6 Mds€ pour un Ebitda en recul de 2,7% à 10,7 Mds€. 2017 devrait rester une année encore compliquée avec un Ebitda compris entre 10,7 et 11,3 Mds€.

Le plan de cession de 15 Mds€ sur trois ans est réalisé à plus de 50% (le groupe a vendu ses centrales à charbon en Indonésie et en Inde) ce qui a permis à Engie d’améliorer sa situation financière en réduisant sa dette de 3 Mds€… Mais attention : le groupe affiche encore un ratio Dette nette / Ebitda de 2,3.

Ceci dit, ces cessions d’actifs réalisées sur trois ans vont au-delà d’un besoin de se renflouer. La nouvelle stratégie de développement de Engie est de se débarrasser de ses unités les plus polluantes pour s’orienter vers une production d’électricité propre. Isabelle Kocher, seule femme à la tête d’une société du CAC 40, mise également sur les services. Un des axes de développement est par exemple de déployer 4 000 bornes de recharge pour véhicules électriques aux Pays-Bas, encore l’ouverture d’une ligne de train express régional entre Dakar et son aéroport.

Reste à convaincre les investisseurs du bien-fondé de cette stratégie.

Mais alors… qu’est-ce qui fait changer d’avis les investisseurs ?

Quand j’analyse un dossier, je finis toujours par calculer les ratios. Car c’est ce qui vous permet de dire si, par rapport au secteur, à la concurrence et à la perspective de croissance du groupe, le titre est trop ou pas cher.

Eh bien pour Engie, c’est simple : le titre est encore peu cher malgré son rebond.

Pour l’heure donc, je pense que le beau rebond n’est que technique, un effet de rattrapage de la part d’investisseur opportunistes, mais que ce n’est pas encore suffisant pour se positionner sur Engie pour du long terme.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire