Misez sure les valeurs industrielles !

Rédigé le 10 mars 2011 par | Big caps Imprimer

La volatilité revient sur les marchés avec la peur et les ventes massives. Sommes-nous avec un scénario inverse de la situation de mars 2009 ? Non. A cette période, tous les analystes étaient d’accord sur le fait que ce devait être la fin du monde sur les marchés.

A cette époque, nous ressemblions à des martiens, Emilio Tomasini et moi-même annonçant à 1 800 personnes, lors d’une conférence, que c’était la fin de la Crise… Je vous en parlais d’ailleurs dans ces lignes même dans mon article : Crise boursière : un an après où investir ? L’histoire nous a donné raison et nous lui en sommes très reconnaissants !

◊ Bilan depuis le début de la fin de la crise En regardant de près le graphique ci-dessous, on s’aperçoit bien que depuis mars 2009, nous avons eu une belle montée du CAC 40.

Seulement, avant la crise financière, l’indice phare parisien était à plus de 5 000 points. Le CAC 40 a perdu plus 50% depuis ses hauts de 6 200 points pour toucher un plus bas sous les 2 500 points en mars 2009. Même s’il est remonté de 60% à 4 000 points, il lui reste encore 2 200 points à parcourir soit 55% de hausse pour atteindre les 6 200. Donc il perd encore 35% par rapport à ses récents plus hauts de 2007.

Il n’est donc pas étonnant de voir les investisseurs nous dire que malgré la hausse récente des marchés, ils n’ont rien gagné en un an. C’est exact, nous sommes au même niveau qu’un an plus tôt.

Graphique: CAC 40 Index

Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

◊ Aujourd’hui, mars 2011 Tout comme un an plus tôt, la crise boursière paraît bien loin (on va fêter son deuxième anniversaire !). Souvenez-vous des gouvernements prenant des mesures exceptionnelles pour permettre à l’économie mondiale de repartir afin d’éviter ce qui s’est passé en 1929, les faillites sauvées aux US, les banques centrales soutenant massivement les institutions bancaires… Mais maintenant sommes-nous allés trop haut ? Les analystes, les économistes, les investisseurs comprennent-ils vraiment ce qui se passe en ce moment, deux ans après le début de la « recovery » ?

La réponse est pourtant simple et mathématique…

Observez le graphique du SP5 00 ci-dessous. Depuis mars 2009, il a grimpé de plus de 100%. Et que faites-vous si vous achetez un titre et que sa valeur double ? Dans 90% des cas, vous la revendez. Les investisseurs institutionnels font la même chose, ils vendent. L’énorme différence, ils le font avec des milliards de dollars donc cela a un impact immédiat sur les marchés. De plus « lorsque Wall Street tousse, toutes les Bourses internationales s’enrhument » : il y a un effet de contagion !

Graphique: S&P 500 Index

Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Où investir alors maintenant ? Cela fait bientôt six ans que j’explique les mêmes rouages sur les cycles économiques, tous connus depuis que la Bourse existe. Dans un précédent article, je vous donnais les 5 valeurs à détenir en 2011.

Aujourd’hui, voici le secteur à détenir, avec un petit rappel utile sur les flux d’argent par rapport à l’histoire des investissements en exploitant la roue sectorielle ci-dessous.

Schéma: roue sectorielle Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Source : Standard and Poor’s

Pour ceux qui veulent investir en ces temps difficiles, le secteur le plus adapté selon la roue de rotation sectorielle est maintenant les valeurs industrielles. Je vous joins ci-dessous un graphique nous montrant l’évolution de l’ETF UXI (investi en valeurs industrielles) par rapport à l’indice Dow Jones et à l’ETF UYM (investi en valeurs de biens de consommation).

Depuis mi-janvier, UXI grimpe nettement plus que l’indice d’origine de la Bourse américaine et que l’ETF qui domine traditionnellement le cycle d’avant.

Graphique: ETF UXI

Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Source : Google Finance

Multiplié par 5 en deux ans ! Il y a deux ans, une valeur connue de tous, Caterpillar, nous dévoilait le signal technico-fondamental que nous attendions tous sans que personne s’en aperçoive. Et depuis, le titre a été multiplié par 5 ! Oui, vous avez bien lu, en investissant 10 000 euros sur ce mastodonte, vous auriez aujourd’hui 50 000 euros. Regardez encore ce graphique : la performance est bien meilleure que la maigre remontée du CAC 40…

Graphique: CAT Stock (NYSE)

Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

A ce propos, je vous donne rendez-vous le 30 mars 2011 à Paris pour vous montrer les deux secrets à connaître des traders de parquet. C’est une conférence gratuite « Comment gagner en Bourse ». Pour réserver votre place, cliquez ici.

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Laissez un commentaire