Mes tops et mes flops du S1 2013 (2/2)

Rédigé le 8 juillet 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Jeudi dernier, je vous ai dévoilé les trois entreprises qui, à mon sens, ont réalisé un très bon parcours au S1 2013… Passons aujourd’hui aux mauvaises surprises du semestre écoulé. J’ai bien entendu choisi de vous parler de valeurs qui ont enregistré de fortes baisses. Néanmoins, à l’instar de mon top 3, il ne s’agit pas des trois plus fortes baisses du marché au sens strict du terme mais bien de celles qui m’ont marqué et que je trouve significatives.

• LEXIBOOK : -34% depuis le 1er janvier

Commençons par LEXIBOOK (FR0000033599), en recul de 34% depuis le début de l’année. Pour rappel, la société est l’un des leaders des produits électroniques de poche grand public et des tablettes pour enfants. Opérer dans la distribution n’est pas chose aisée, celle-ci étant peu encline actuellement à accorder des avantages à quiconque. Mais, le BFR doit être financé continuellement et, à ce titre, il faut savoir composer et négocier avec la grande distribution et ses sautes d’humeur…

Sur l’exercice 2011-2012, la société n’a réalisé qu’une rentabilité d’exploitation de 2,5%, soit une baisse de 50% par rapport à l’exercice précédent. Le résultat net, pour sa part, est resté stable à 1 million d’euros. De sorte que l’action, même en tenant compte de la baisse enregistrée depuis le début de l’année, se paye encore sur un PER de 12,5.

Last but no least, comme je l’ai indiqué le 22 mai dernier, j’ai été quelque peu estomaqué de constater que LEXIBOOK n’était pas des plus honnêtes en matière de communication… Dois-je vous rappeler que le groupe a passé sous silence son très mauvais S2 lors de la présentation de ses résultats annuels. Les investisseurs n’ont pas été dupes et la sanction est tombée. L’action est passée de 5 à 3 euros dans l’intervalle.

• LAFUMA : -41% depuis le 1er janvier

LAFUMA (FR0000035263) est également à la peine suite à de très mauvais résultats semestriels au rang desquels figure une perte nette de quelque 60 millions d’euros. Mais, surtout, le groupe fait les frais de ses atermoiements autour de la cession du groupe au Coréen E-Land, finalement avortée. Notons également que l’arrivée non prévue et sans OPA du Suisse Calida au capital – en lieu et place de la famille Joffard – a achevé de décrédibiliser le dossier aux yeux des investisseurs.

Les pertes s’accumulent et on ne voit pas pour l’instant de catalyseur à la hausse pour LAFUMA. Je vous avoue que je n’ai pas du tout envie de revenir sur un tel dossier pour l’instant, comme je l’ai souvent écrit au cours du premier semestre.

• ARTPRICE.COM : -41% depuis le 1er janvier

Il faut également souligner la baisse de 41% d’ARTPRICE.COM (FR0000074783). Je n’ai jamais compris la valorisation de ce leader mondial du marché de l’art sur Internet. Où est l’explosion du chiffre d’affaires tant annoncée ? Il n’a progressé que de 5% au premier trimestre… J’ai du mal à justifier une capitalisation boursière de 113 millions d’euros pour un chiffre d’affaires annuel de 5,3 millions…

Certes, une étude de Bryan Garnier datant d’avril dernier estime que l’action vaut 43,60 euros en termes de fair value… Mais, depuis la publication de cette étude, l’action a cédé plus de 30%. Bref, je suis pour l’instant sceptique sur ce dossier et je vous avoue que je n’arrive pas à avoir une valorisation correcte sur la société qui demeure tout de même un modèle assez atypique.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Notre spécialiste ne peut diffuser ces informations qu’à vous : profitez-en vite !

Dans son message vidéo, il vous explique pourquoi les informations en sa possession risqueraient de créer un déséquilibre sur un marché bien particulier. S’il ne peut les diffuser à tout le monde, il a néanmoins décidé d’en faire profiter un petit groupe d’investisseurs particuliers.

En les rejoignant dès maintenant vous pourriez vous aussi bénéficier de ses recommandations avec à la clé des gains de 20,15%…29,8%… 35%… 60%… et bien d’autres encore !

Alors pourquoi attendre ? Découvrez dès maintenant comment rejoindre ces privilégiés et surtout comment enfin accéder à de vrais conseils de pro…

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire