Ménagez votre monture !

Rédigé le 11 novembre 2008 par | Apprendre la Bourse Imprimer

« Le tourisme est l’industrie qui consiste à transporter des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux » écrivait le sarcastique académicien français Jean Mistler. Devant la déroute du secteur qui, loin d’échapper à la crise, en souffre particulièrement, la citation m’a semblé fort appropriée.

Malgré toute la bonne volonté du monde…

La France est depuis les années 1990 la première destination touristique au monde avec en 2007 un record historique battu : plus de 80 millions d’étrangers sont venus dans notre pays. Le secteur est une des branches essentielles à notre commerce extérieur… même si évidemment, il dépend étroitement du cours de l’euro.

Le projet « Destination France 2020 », présenté en janvier 2008, vise à accroître nos recettes touristiques. On vise 100 millions de touristes étrangers à l’horizon 2015 ; en passant du « 1-3-9 » au « 1-2-3 » : ce qui signifie conserver le premier rang mondial comme destination, gagner le second rang en matière de dépenses totales des touristes et passer du neuvième au troisième rang mondial pour la somme moyenne dépensée par touriste.

Certains estiment que ces objectifs ne pourront être atteints en raison de la montée de la Chine sur le marché du tourisme, de l’augmentation des cours du pétrole, ainsi qu’en raison de la nécessaire limitation des émissions de gaz à effet de serre, et tout particulièrement celle des avions. Autant dire aujourd’hui que, qui veut voyager – tout court – ménage sa monture !

… La baisse est inéluctable !

Observons maintenant le graphique du DJ Euro Stoxx Travel and Leisure (Ticker SXTE) :

Lagardère

Nous pouvons constater, sur le graphique ci-dessus, que la hausse qui avait pris place entre mars 2003 et avril 2007 s’est effectuée selon un décompte elliottiste propre, en cinq temps traditionnels (notés de 1 à 5). Or, le déclin initié depuis est désormais bien trop important pour être considéré comme correctif. Nous sommes dans une tendance baissière qui devrait techniquement se prolonger.

En effet, tous les ratios de retracement de Fibonacci de la hausse en question ont été enfoncés. La configuration de la chute actuelle montre qu’il devrait manquer au moins une vague de baisse pour pouvoir faire un décompte cohérent, selon les règles elliottistes que l’on doit appliquer. Les règles en question sont ici les suivantes :

– La vague 3 n’est jamais la plus courte : lorsque la vague 1 est plus longue (en amplitude) que la 3, alors la vague 5 sera plus courte que la 3.

– La vague 4 ne doit jamais enfoncer le haut de la vague 1 : c’est la règle de l’overlap, un très fort niveau graphique qui donne souvent de très bons points de retournement.

– Les extensions de mouvements ne se font qu’en 9 ou 13 vagues : ce qui exclue naturellement les phases en 7 ou 11 temps.

C’est en appliquant de façon scrupuleuse et précise ces règles que j’anticipe ici une reprise de la déroute sur le secteur en question.

Que devrait-il se passer ?

Sans écarter une poursuite du rebond actuel vers les 110,00 points et tant que les 122,00 points ne sont pas clairement dépassés, j’attends donc une nouvelle phase de baisse avec un premier objectif sur les 67,50 points puis, surtout, un objectif privilégié en extension sur les 58,30 points. A contrario, le passage au-dessus des 122,00 points conduira au teste de la résistance clé située sur les 142,00 points.

Voici maintenant ce à quoi correspondent ces niveaux d’un point de vue technique :

– Les 110,00 points sont la combinaison du premier retracement de Fibonacci de toute la baisse actuelle à 23,6% et du niveau par lequel passe la forte oblique baissière en place depuis plus d’un an maintenant.

– Les 122,00 points correspondent d’abord au retracement de 50% du même mouvement baissier, mais il s’agit également d’un seuil qui a déjà joué les rôles de support et de résistance et ce depuis septembre 1995 exactement !

– Les 67,50 points représentent la dernière zone de support majeur qui avait fortement contenu les pressions vendeuses en octobre 2002 puis en mars 2003 avant d’engendrer un retournement de tendance.

– Les 58,30 points sont l’objectif théorique résultant de la projection traditionnelle à 100% de tout le grand mouvement baissier qui avait eu lieu entre juillet 1998 et mars 2003, reporté au sommet d’avril 2007.

– Les 142,00 points se situent à la fois sur le retracement le plus important de Fibonacci à 61,8% de la phase baissière actuelle, et à la fois sur la résistance de fin avril dernier.

Comment jouer la baisse ?

Pour jouer la baisse, dans l’idéal, il faudrait shorter l’indice et respecter les niveaux que je viens de vous donner… mais, je n’ai pas trouvé d’ETF bear qui permette de jouer la baisse du tourisme.

Donc vous allez devoir être plus offensif pour jouer la baisse. Vous allez devoir prendre certaines valeurs représentatives de l’indice et qui devraient, selon toute logique, fortement baisser. Accor, Air France ou Sodexo vont pâtir du ralentissement du secteur. A ce moment, sur les niveaux de l’indice que je vous ai donnés, mettez en place :

– soit une stratégie de vente à découvert simple ;

– soit un achat de turbos puts de ces valeurs. Mais attention : il faut être réactif, choisir le bon turbo, et être extrêmement précis sur vos niveaux dans ce cas. Les turbos ne pardonnent pas la moindre erreur ![Ndlr : Et si vous ne voulez pas faire ces analyses et prendre seul les décisions, Marc analyse chaque jour les opportunités de la cote et vous propose des turbos adaptés pour jouer la meilleure stratégie. Si vous voulez bénéficier de ses conseils… Continuez votre lecture]

Mots clé : -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire