Méfiez-vous du Nikkei

Rédigé le 25 mars 2011 par | Autres indices Imprimer

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers.

Les titres des éditos concernant le Japon nous laissent sans voix : « le pire semble écarté », « Tokyo reprend ses esprits », « les investisseurs jouent le scénario de la reconstruction », « le marché japonais devient le moins cher du monde… »

Je vous l’ai dit dans ma chronique audiotel d’hier (0899 88 20 36*) : ce n’est parce que les actions nippones sont « moins chères » de 15% par rapport à leurs sommets de la mi-février qu’un rebond mécanique va les ramener à proximité des niveaux médians de 2010 — environ 10 000 points pour le Nikkei.

Où trouver l’argent pour reconstruire ? Certes, la reconstruction pourrait bien se chiffrer à plus de 300Mds$… De quoi alimenter l’activité. Mais ajoutez à cela un sarcophage et une décontamination à 100Mds$ sur le site de Fukushima, vous obtenez une facture trois fois plus élevée que pour le tremblement de terre de Kobé… (Mais inférieure de moitié à celle estimée pour Tchernobyl sur une période de 25 ans.) D’où les Japonais vont-ils sortir cet argent ? En l’imprimant comme le fait la Fed ?

Et qui va acheter les émissions du Trésor nippon ? Les centaines de milliers de Japonais qui ont tout perdu le 11 mars ? Le demi-million de Japonais déplacés qui ne voudra pas revenir habiter les zones contaminées ? Des retraités de plus en plus nombreux et, chaque année, moins riches qui vont voir le prix des aliments flamber suite au renchérissement du coût des importations de céréales ?

J’ai franchement l’impression d’assister à un remake du naufrage du Titanic. Il vient de se produire une grosse avarie à l’avant du navire mais les dégâts sont prétendument localisés et le bâtiment est réputé insubmersible. Tokyo a mis un genou à terre, la proue du navire est éventrée, impossible à colmater ; mais pendant ce temps, la secousse n’a été que très faible pour les passagers de 1ère classe (Wall Street) : quelques verres renversés, les serveurs ont perdu l’équilibre quelques secondes mais ont réussi à ne pas laisser tomber leur plateau… Wall Street a pu reprendre tranquillement le cours de son dîner de gala.

_______________________Pour vous aider dans vos trades________________________

La situation est grave : si vous avez un contrat d’assurance-vie, votre épargne durement gagnée pourrait être en danger actuellement.

3 spécialistes ont fait passer un stress test aux contrats d’assurance-vie. Leurs conclusions sont alarmantes. Votre contrat n’est peut-être pas à l’abri des 4 menaces qu’ils ont identifiées.

N’attendez pas, découvrez maintenant la stratégie complète qu’ils ont élaborée : pour en savoir plus et vous protéger… C’est ici !

________________________________________

On devrait craindre une vraie rechute du Nikkei… ou une remontée du VIX Si une rechute de Tokyo sous les 9 000 points ne suffisait pas à donner la mesure du risque de repli des indices boursiers à l’échelle mondiale, il faudra surveiller une remontée de l’indice VIX (que nous avions déjà analysé). Il a bondi de +50% en une semaine pour culminer vers 31,5 points mercredi dernier et est retombé sur le seuil des 20 points le 22 mars. S’il refranchit les 25, ce sera mauvais signe ! En ce qui concerne le Nikkei, chacun a pu constater l’apparition d’une sorte de « trou d’air » sous les 10 200 points avec une chute verticale en direction de 8 230 points : plus de 2 500 points de baisse depuis début mars, voilà le genre d’écart qui mérite le qualificatif de krach.

Mais le rebond au-dessus des 9 000 points a été si rapide que l’incursion sous ce niveau a été jugée non significative… Un simple « bruit » dans la courbe — comme le flash crash du 6 mai 2010 à Wall-Street. Est-ce une simple anomalie de marché dont il ne faut pas tenir compte ? Rien n’est moins sûr…

L’expérience nous enseigne que ce plancher a de fortes probabilités d’être revu comme ce fut le cas lors de chaque épisode de correction majeure à Tokyo. Nous venons d’en vivre un nouveau, cela ne souffre aucune contestation. Février 2002, avril 2003 (son plancher), octobre 2008 puis mars 2009 : le passé ne garantit pas l’avenir mais il invite cependant à se montrer prudent face à des cours jugés « pas chers ».

En route vers les 9 700 points — ou vers les 9 150… ? A plus court terme, le Nikkei a laissé béant un gap ouvert dessus des 9 275 points. Le rebond atteint +10% depuis le 15 mars et même +13% depuis le plancher des 8 230 points.

Graphique: NikkeiPour agrandir le graphique, cliquez dessus

Le Nikkei fait peut-être une simple pause avant de s’attaquer à la résistance horizontale des 9 700 points, testée les 21 septembre puis 6 octobre 2010. Mais en cas de rechute plus marquée — après un nouvel échec sous les 9 625 points –, le Nikkei pourrait rechuter de 500 points avant de retrouver du soutien au niveau du plancher du 2 novembre, soit 9 150 points… et une cassure validerait le signal d’une nouvelle débâcle.

Pour apprendre 3 grands principes pour atteindre la liberté financière Sell in may and go away !

Et 9 000, c’est le seuil technique à n’enfoncer sous aucun prétexte : il n’existerait plus de support long terme crédible avant… les 7 570 points (plancher d’avril 2003 et gap resté béant depuis le 13 mars 2009), comme vous le disait Mathieu Lebrun il y a 10 jours. Aie…

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute. Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute. Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire