Comment exploser en Bourse sans faire de chiffre d’affaires : les cas de CARMAT et STENTYS

Rédigé le 20 mai 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Contrairement aux biotechs, que je préfère éviter en Bourse, les medtechs sont positionnées sur la fabrication de technologies médicales, souvent de pointe. Leurs performances boursières n’ont d’ailleurs rien à voir avec celles des biotechnologiques, très médiocres ces dernières années (rappelez-vous NICOX !).

Jugez plutôt : depuis le début de l’année, CARMAT a pris, tenez-vous bien, 192% et STENTYS, 130%…. sans aucun chiffre d’affaires ! Non, je ne me suis pas trompé. Ces deux sociétés ne réalisent encore aucun chiffre d’affaires alors que leurs capitalisations boursières sont de 158 mero (millions d’euros) pour STENTYS et de 320 mero pour CARMAT.

Je laisse volontairement de côté MEDICREA, boîte spécialisée dans la conception et la fabrication d’implants orthopédiques destinés à la chirurgie rachidienne, même si elle est considérée comme une medtech. Pourquoi ? Parce que la société, même si elle est encore déficitaire, enregistre un CA conséquent (de l’ordre de 18,2 millions d’euros en 2010). J’ai préféré me pencher sur ces deux cas ultra-atypiques en Bourse : ces petites valeurs qui explosent, alors qu’elles n’affichent aucun chiffre d’affaires. Vous allez comprendre pourquoi.

Une technique qui sauvera des vies, ça n’a pas de prix

Commençons par CARMAT (FR0010907956 – ALCAR). La société développe un coeur artificiel, synthèse des technologies de pointe dans l’aéronautique et de l’expertise du professeur Carpentier, l’inventeur des biovalves cardiaques. L’idée bien sûr est d’implanter ce coeur chez l’homme. Le marché est gigantesque.

On estime que l’insuffisance cardiaque chronique concerne environ 11,5 millions de patients dans le monde et l’insuffisance cardiaque aiguë 2 millions. Si l’on ne tient pas compte des patients non éligibles en raison de la moindre gravité de leur maladie, de leur âge (supérieur à 70 ans), de contre-indications, de capacité thoracique, etc., le marché est de 114 000 patients par an d’ici 2016. Cela représente donc un marché évalué à 16 milliards de dollars ! Et d’après les prévisions, CARMAT ne réaliserait « que » 409 implantations en 2016, et 4 041 en 2020. Cela représente des chiffres d’affaires de respectivement 75 mero pour 2016 et de 620 mero pour 2020. C’est un marché énorme…

Alors difficile dans ces conditions d’accorder une valorisation classique à CARMAT. C’est, je pense, ce qui provoque de l’irrationalité boursière du moment. Mais il est vrai que le potentiel est énorme…

STENTYS : la petite proie idéale

Même situation pour STENTYS (FR0010949404 – STNT), avec un brin de spéculation en plus. Je vous parlais à l’instant de son envolée de +130% depuis le 1er janvier. Le groupe, coté depuis six mois sur l’Eurolist C, est spécialisé dans la conception, le développement et la commercialisation des stents. (Un stent est une sorte de petit tube que l’on vous place dans une artère pour éviter qu’elle se bouche). Il vient de mettre au point un stent particulièrement innovant, adapté au traitement des crises cardiaques. C’est un marché gigantesque, de l’ordre de plus de 2,5 milliards de dollars avec une croissance moyenne de l’ordre de 4%.

D’après les prévisions que j’ai glanées, le groupe devrait réaliser un CA de 1,2 mero cette année puis de 7 mero en 2013… avant de s’envoler vers les 200 mero en 2020. Des prévisions à neuf ans… C’est facile la Bourse, dites moi ! Attendez, vous ne savez pas tout…

Dans l’immédiat, le groupe continue d’étendre son développement commercial en Europe — notamment en Allemagne, Espagne ou encore Suisse. D’ici deux ans, la France, l’Italie ou encore la Belgique devraient suivre… Des parts de marché à conquérir donc.

Ce qui intéresse surtout les investisseurs, c’est que la société fait figure de nain dans un marché très concentré. Seulement quatre acteurs américains (dont Medtronic et Abbott) se partagent le marché ; tout laisse supposer que STENTYS trouvera rapidement un acquéreur si ses stents prouvent toute leur efficacité.

Vous allez me dire que mon argument est facile… que je vous parle d’OPA* car en termes de valorisation boursière je n’ai pas d’arguments concrets. Certes ; mais je persiste à croire à un adossement inéluctable et je vais vous donner un dernier argument.

Le capital de STENTYS est surtout détenu par des fonds d’investissements. Le premier actionnaire est Sofinnova avec 29,5% du capital devant SEP, Scottish Equity Partner, (avec 16,7%). Sofinnova est une société de capital risque, leader européen dans le financement des jeunes sociétés dans les technologies ou dans les sciences de la vie. SEP, basé à Glasgow, est également un acteur du capital risque. Croyez-vous vraiment que ces fonds vont rester ad vitam aeternam dans ce genre de sociétés ? En tout cas, leur nature d’investisseur en capital-risque me laisse à penser le contraire…

A bon entendeur…

_______________________________________

* Décryptage :OPA

Offre Publique d’Achat. L’OPA consiste pour une entreprise à acheter la majorité des actions d’une autre entreprise, et ainsi en devenir propriétaire. Généralement, l’entreprise qui veut racheter propose un prix par action supérieur au cours de la Bourse, pour inciter les actionnaires à vendre. On parle d’OPA « hostile » lorsqu’une société veut racheter une autre entreprise contre son gré. A l’inverse, une OPA peut-être « amicale ». On peut aussi financer une OPA en donnant des actions, c’est alors une OPE (Offre Publique d’Echange). Lorsque l’entreprise propose à la fois de l’argent et des actions, on parle d’OPA mixte.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

6 commentaires pour “Comment exploser en Bourse sans faire de chiffre d’affaires : les cas de CARMAT et STENTYS”

  1. […] PS : je vous avais parlé, dans un précédent article de CARMAT (FR0010907956) et de STENTYS dans mon article du 20 mai. Depuis, de bonnes nouvelles ont été publiées, et le titre […]

  2. […] alors que le coeur artificiel n’a pas encore fait ses preuves et que la société fait zéro de chiffre d’affaires […]

  3. […] et les annonces de partenariats on davantage d’impact sur les cours des biotechs que les publications de résultats.  Imprimer cet article Autres articles de Small Caps Confidentiel :8 juin 2011 — NEWS 322 […]

  4. […] vous rappelez… Je vous ai parlé des valeurs qui explosaient en Bourse sans chiffre d’affaires. Il s’agit de Stentys et de Carmat. Eh bien Carmat (FR0010907956) vient d’annoncer […]

  5. […] dossier comme d’ailleurs, Mauna Kea (FR0010609263), reste très intéressant même si les notions de valorisation sont souvent difficiles à appréhender dans le secteur.  Imprimer cet article window._wp_rp_static_base_url = […]

  6. […] Eurofins Scientific (FR0000038259) ou encore Ingenico (FR0000125346)… sans parler des biotechs, pour qui, cela est même devenu une marque de […]

Laissez un commentaire