Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Mauvais chiffres de la production industrielle française

Rédigé le 10 mai 2016 par | Actions, Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

L’objectif d’une croissance de +0,5% au 1er trimestre prévu par l’INSEE ne semble par remis en cause par le recul de -0,3% de la production industrielle française en mars, ce qui porte à -0,6% la contraction depuis le 1er janvier.

La production industrielle française n’est pas bonne au T1 2016, mais « moins pire » qu’au T1 2015.

Dans le détail, la production manufacturière a chuté de 0,9% (après -1,3%en février), l’agroalimentaire de -1%, les biens d’équipement de -1,8% et l’automobile de -3,1%.

Le mois de mars aurait pu s’avérer statistiquement calamiteux sans le rebond de +1,8% du raffinage et de +3,7% de la production énergétique grâce à un mois de mars « plus froid qu’à l’accoutumée » (selon l’INSEE).

Au premier trimestre, l’INSEE constate que « la production diminue dans toutes les grandes branches manufacturières sauf dans les matériels de transport ».

Ce n’est pas très encourageant, mais avec une bonne gestion des statistiques, il y a toujours moyen de se rassurer : le 1er trimestre 2015 avait été tellement mauvais qu’un « effet de base positif » fait ressortir ce 1er trimestre 2016 en hausse de +0,5%… en « glissement annuel ».

Plus sérieusement, la trajectoire n’est pas bonne depuis décembre 2015 et le seul espoir réside dans une reprise de l’investissement… mais pourquoi investir si la demande n’existe pas ?

Autrement dit, aucune déception n’est plus permise s’agissant du secteur des « services » (secteur tertiaire) au 1er trimestre 2016, sinon les objectifs de croissance de la BCE (+0,4%) ou de l’INSEE (+0,5%) ne seront pas tenus.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire