Mario Draghi attendu par les marchés en manque de drogue monétaire

Rédigé le 2 mars 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Après la succession de mauvais chiffres économiques publiés ces dernières 48 heures, l’envolée de +2% de la Bourse de Frankfort mardi, +2,5% de Wall Street et +4,1% de Tokyo ce matin laisserait pantois.

L’économie va mal, mais…

Et que dire des +4,3% de Shanghai alors que, cette nuit, Moody’s a abaissé de « stable » à « négative » sa perspective sur la dette chinoise à long terme ? Tous les voyants économiques se sont dégradés depuis le 11 février 2016. Et, l’idée d’un Brexit a menacé l’équilibre de l’Europe par-dessus le marché ! Mais les indices boursiers, prenons notre CAC 40 en référence, ont repris +14%, entre 3 895 et 4 445 points).

14% dont 4% depuis le début de la semaine alors que « tout est pire » sur le front macroéconomique. Si nous devions trouver une raison à cette euphorie, résumons-la en un slogan : No limit.

Les marchés brûlaient de l’entendre à nouveau. Ils pressentaient qu’elle n’allait pas tarder à ressurgir… Ils piaffaient d’impatience, ils avaient les poils qui se dressaient sur les bras en voyant la seringue remplie de drogue monétaire dépasser de la blouse du Dr Mario Draghi.

Super Mario a exhibé sa shooteuse et promis de la came en quantité no limit

Super Mario n’a pas déçu mardi soir. L’actuel président de la BCE a réaffirmé que « la BCE se préparait à agir et qu’elle n’envisageait aucune limite à son action. L’évolution des prix et la croissance sont plus faibles qu’attendu, un examen approfondi des effets de second tour lié aux matières premières est en cours ».

Que devons-nous comprendre ? Qu’un gros shoot s’annonce le 10 mars !

C’est exactement ce que Wall Street voulait entendre, tout comme Tokyo, Shanghai et n’importe quelle place boursière, dont la bonne tenue ne dépend que des QE dans la mesure où les fondamentaux ne le sont plus.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire