Les marchés ont-ils la mémoire courte ?

Rédigé le 26 février 2013 par | Analyses indices, Apprendre la Bourse, Autres indices, US Imprimer

Aujourd’hui, nous allons prendre un peu de recul : nous nous pencherons sur les retournements boursiers de ces dernières années afin de mieux comprendre les niveaux importants atteints actuellement par le Dow Jones et les marchés américains en général.

Je suis un « enfant » de la bulle internet. A l’époque, j’avais été assez surpris par l’ampleur de la baisse de 2000. J’étais alors étudiant en master à Dauphine. J’avais, en bon élève, appris la théorie de l’efficience des marchés financiers — mais dès l’effondrement de 2000, je me disais qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas dans tout cela.

Cette théorie de l’efficience des marchés me semblait déjà anachronique, même si je continuais à apprendre toutes les techniques financières, en particulier les produits dérivés. Je m’intéressais également à l’analyse technique, vite devenue une passion dévorante. Elle m’est rapidement apparue comme un complément indispensable à l’analyse financière… et si je n’étais pas encore analyste à l’époque, j’étais déjà profondément passionné par le domaine.

En 2002, la correction se poursuivait. J’étais en MBA Finance au Canada, et dans mon cours de gestion de portefeuille, un deuxième déclic intervenait après celui sur l’analyse technique. Mon professeur, M. Moffet, nous expliquait comment vendre à découvert le marché pour être un bon gérant, en s’efforçant d’acheter les valeurs qui faisaient mieux que le marché et en vendant celles qui nous semblaient surévaluées, et/ou dans des tendances baissières. Ce cours m’a profondément marqué.

M. Moffet était contrarien dans l’âme ; il m’a transmis sa vision des choses, me montrant que l’on pouvait utiliser l’analyse financière, l’analyse technique et être contrarien, pour guetter les excès sur les marchés. Encore aujourd’hui, cela me sert beaucoup.

Pour revenir aux marchés, entre 2003 et 2007, le CAC 40 passa de 2 400 à 6 100 points. En 2007, j’étais analyste technique dans une société reconnue spécialisée dans la discipline. A l’époque, je me sentais en peu seul, en tant que baissier : tout le monde — sans exception — était haussier… Pourtant, la correction eut bien lieu entre 2007 et 2009 ; elle fut même un peu plus sévère que je ne le pensais. Là encore, l’analyse technique et l’esprit contrarien m’avaient permis de voir ce retournement des marchés actions.

Quel est le secret partagé par tous les investisseurs les plus célèbres de l’Histoire ?
De John Templeton à John Rockefeller en passant par George Soros et Warren Buffett, découvrez l’un des secrets les mieux gardés de l’histoire de l’investissement…

… et rejoignez les rangs de ceux qui en profitent pour engranger des gains pouvant aller jusqu’à 300%, voire plus !

Tout est expliqué dans cette vidéo exclusive…

◊ Des parallèles significatifs
Après Lehman Brothers fin 2008 et surtout début 2009, le consensus sur les marchés était devenu largement baissier. Beaucoup voyaient déjà des scénarios catastrophe se réaliser, le CAC 40 revenir à 1 000 points, etc.

Or cette période de début 2009 me rappelait celle de 2003 : je voyais au contraire des signes de rebond significatif dans un marché très survendu techniquement. Fin février/début mars 2009, je suis alors devenu fortement haussier, anticipant un rebond de l’ordre de 30%. Ledit rebond a bien eu lieu, dépassant même légèrement mes objectifs. Encore une fois, l’analyse technique et mon esprit contrarien m’ont permis de voir arriver cette phase de retournement des marchés.

Je vous raconte tout cela car même si nous ne sommes ni en 2000 ni en 2007, je pense que 2013 pourrait être une année importante sur les marchés.

Nous avons assisté à une phase de rebond entre 2009 et aujourd’hui. Elle a été moins nette sur nos indices européens mais les indices américains — et plus globalement de nombreux indices mondiaux — sont à proximité de leurs plus hauts de 2007 ou de 2000.

C’est le cas du Dax allemand, par exemple, et surtout des indices américains : le S&P 500 a fait un plus haut historique à 1 576 points, tandis que le Dow Jones a touché les 14 200 points. Un nouveau plus haut est d’ailleurs possible à court terme sur le Dow, de façon marginale, sans que ce soit le cas sur le S&P et le Nasdaq.

Mais pour le Dow, la zone de résistance des 14 200 points commence déjà à freiner les acheteurs. Ce sera une zone cruciale à surveiller dans les prochaines semaines, comme nous pouvons le voir sur le graphique ci-dessous :

Dow

Cliquer ici pour agrandir

Cette zone correspond aux sommets de 2007. Si le S&P 500 revient sur ses plus hauts, le Dow pourrait même dépasser ceux de 2007. Il faudra toutefois être très prudent lors du test de cette zone importante dans les semaines à venir, car une correction majeure pourrait ensuite s’ensuivre.

◊ Une correction semble nécessaire
Pour être très clair, le consensus est aujourd’hui moins haussier aujourd’hui qu’en 2000 et 2007 ; nous ne sommes pas dans l’euphorie. Nous pourrions avoir une période de ce type sur les indices américains si le Dow Jones dépassait temporairement ses plus hauts, par exemple. Mais à la vue des éléments techniques, une correction apparaît désormais nécessaire sur le Dow Jones. Un test des 14 200, voire légèrement plus haut sur un excès, sera l’occasion de vendre.

Ensuite, nous aurons probablement une correction significative. Elle le sera à mon avis moins qu’en 2000 ou 2007 parce que nous ne sommes pas dans les mêmes conditions de marché, ni économiquement, ni techniquement.

Elle devrait toutefois nous permettre de retracer une partie significative de la hausse depuis 2009. Sur le Dow Jones, nous pourrions ainsi corriger dans un premier temps en direction des 12 500 voire des 11 250 points dans les mois à venir. Cela nous permettrait de retracer une partie de la hausse depuis 2009 sur des niveaux que l’on retrouve également en Elliott grâce aux ratios de Fibonacci.

L’être humain a souvent la mémoire courte, dans la vie comme sur les marchés. Il ne se souvient pas des précédents retournements du marché ou des niveaux de résistances… mais l’analyse technique nous dit avec beaucoup de justesse que le marché, lui, a de la mémoire.

C’est pourquoi les niveaux des plus hauts historiques sur le S&P 500 et le Dow Jones seront à surveiller de très près dans les semaines qui viennent. A court terme, nous pourrions aller légèrement plus haut, pour venir tester les 14 200 sur le Dow Jones ou les 1 550 sur le S&P 500.

Cependant, le potentiel de progression est limité. Il faudra être très attentif : sur le Dow Jones, nous sommes proches d’une zone de résistance majeure correspondant aux anciens plus bas de mars 2008, à 11 700 points. Juste au-dessus, nous avons une autre résistance horizontale forte à 11 600 points. Etant donné les premiers signes d’essoufflement récents, le niveau des 11 700 points devrait être difficile à passer à court terme dans les prochaines semaines et sera à suivre de près pour vendre.

Si nous atteignons les 11 700 points, nous pourrions ensuite corriger vers les 10 200, voire les 9 000 points à moyen terme. Le test de la zone de résistance dont nous approchons sera donc à suivre de près en corrélation avec les grands indices mondiaux, américains et européens.

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire