Des marchés imbéciles à 1 500% : la démonstration par Longfin

Rédigé le 19 décembre 2017 par | A la une, Bitcoin & cryptomonnaies, Taux & Devises, Toutes les analyses Imprimer

LongfinVoici encore une illustration de la folie complète qui se déchaîne à propos de la blockchain.

Longfin : un exemple saisissant

Une compagnie totalement inconnue il y a 9 mois lors de son introduction sur le Nasdaq – du nom de Longfin – a vu son cours s’envoler de 5$ vers 143$ en une semaine avant de rechuter vers 78$ ce mardi.

Longfin est une start-up dont le projet est de réaliser du micro-crédit en s’appuyant sur la technologie blockchain. La société développe un business model pouvant inclure des prêts adossés à un portefeuille de crypto-devises (qui n’existe pas encore).

Le mot blockchain déchaîne les passions

Le P-DG a déclaré lui-même ne pas comprendre le cours de Bourse et une capitalisation de 7 milliards de dollars. Oui, sept milliards, je l’écris en toutes lettres. En effet, actuellement la société ne réalise que 28Mn$ de chiffre d’affaires. De plus, elle n’a jamais enregistré la moindre activité sur le Bitcoin ou autre Ethereum depuis sa création. Et il n’est pas certain que cela soit possible, vu la volatilité du sous-jacent !!!

Achetez crypto-bidule !

Il y a aussi cet autre exemple d’absurdité d’une entreprise qui a changé de nom et y a associé le mot « blockchain ». Le souci ? Cela n’a pas le moindre rapport avec son activité. Le cours de Bourse a pris +600% en 1 mois. Mais personne n’a pris la peine de vérifier quel est son véritable « métier ».

Voilà donc la parfaite illustration de la bêtise insondable d’un pseudo « marché » où des machines tout aussi imbéciles (enfin, ce n’est pas de leur faute mais de celle des programmeurs) achètent absolument n’importe quoi à n’importe quel prix. Les robots se fient à « l’effet Panurge ». Les « algos » sont simplement programmés pour « payer » tout ce qui monte, ou qui est en rapport avec des mots clés. Evidemment, en ce moment c’est blockchain ou crypto-bidule.

Des marchés où les cyniques font fortune en exploitant les tares les plus répandue en ce bas monde : l’avidité, l’aveuglement, la bêtise.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire