Les marchés, cette « force qui va »

Rédigé le 20 juillet 2017 par | Analyses indices, US Imprimer

Quelques fuites concernant la prestation de Mario Draghi tout à l’heure auraient-elles commencé à enchanter les marchés US ?

L’effet de ravissement habituel, relatif à des trimestriels supérieurs aux attentes parce que minorés de façon grotesque, serait-il plus décisif que d’ordinaire ?

Nous avons du mal à cerner le motif véritable des nouveaux records à Wall Street, mais le résultat, c’est un carton plein. Un scénario carrément historique même puisque la totalité des indices couvrant l’intégralité du spectre allant des GAFA aux small caps ont simultanément inscrit des plus-hauts absolus mercredi soir en clôture.

C’est un sans-faute pour le Dow Jones qui gagne +0,3% à 21 640 ; le S&P500 +0,54% à 2 474, le Nasdaq +0,65% à 6 385, et le Russel 2000 qui écrase la concurrence avec +1% à 1 442 points.

Indices Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Si les chiffres du jour ne furent assurément pour rien dans le rally du Nasdaq, ils ont, en revanche, pu contribuer à conforter l’optimisme ambiant (mises en chantier de logements supérieures aux attentes).

Parmi les valeurs les plus travaillées suite à la publication de leurs trimestriels, on retrouvait deux poids lourds emblématiques : IBM chutait de -4,2% tandis que Morgan Stanley s’envolait de +3,3%, affichant de très loin la meilleure performance au sein du secteur bancaire depuis la publication des premiers résultats des piliers financiers de Wall Street.

La surperformance du Nasdaq s’explique facilement par les +20,8% de Vertex.

Ce qui nous frappe surtout, c’est que les places européennes et le CAC40 restent en panne depuis début juin, alors qu’ils sont jugés sous évalués tandis que les actions US, jugées hors de prix, accroissent brusquement leur surperformance et nous laissent sur place.

C’est une mécanique aussi absurde qu’implacable… Victor Hugo écrirait : « c’est une force qui va ».

Nous ajouterions : « droit dans le mur ». Et pour conclure : « avec allégresse ».

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

2 commentaires pour “Les marchés, cette « force qui va »”

  1. Qui ce conçoit bien,s’énonce clairement!
    Vous en êtes la démonstration,cher Philippe Béchade.

  2. Clairement, WS vend les valeurs européennes juste à leur limite de flottaison pour soutenir leur propre progression, et grâce à l’Euro fort. Le fait que la bougie mensuelle du Nasdaq repasse au-dessus de sa Boll sup est aussi historique que surnaturel.
    Ca finira très mal.

Laissez un commentaire