En pleine crise, le luxe surperforme. Ne cherchez pas la logique : profitez-en !

Rédigé le 30 septembre 2010 par | Big caps Imprimer

En cette période de vaches maigres pour nos économies occidentales, la logique voudrait que les ménages réduisent leurs dépenses au strict nécessaire. C’est du moins ce que voudrait la logique, et ce que les indices nous indiquaient au plus fort de la crise : l’indice européen DJ STOXX 600 Personal & Household Goods (biens de consommation tels que tabac, électronique, habillement, produits de soins) avait ainsi perdu 50% de sa valeur entre son sommet de 2007 à 430 points et son plus bas de 2009 à 215 points.

Mais depuis, chose bizarre, le secteur est reparti de l’avant et évolue actuellement sur de nouveaux plus hauts annuels, contrairement aux grands indices tels que le CAC40 ou le S&P500. Est-ce un rebond passager de plus ? Rien n’est moins sûr : le luxe est bien installé dans une croissance solide.

Le luxe en pleine croissance rejoint ses plus hauts
Le soutien de la moyenne mobile à 30 semaines et la récente sortie haussière de l’intervalle de consolidation constituent de plus des facteurs attestant de la tendance de fond haussière, qui devrait vraisemblablement se poursuivre en direction des 430 points.

Graphique du DJ Stoxx 600, graphique hebdomadaire 2007-2010
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

En comparant ce secteur par rapport à l’indice européen DJ STOXX 600, on s’aperçoit que la force relative suit indéniablement une tendance haussière au cours de la dernière décennie. Cela signifie que ce secteur « surperforme » le marché : lors des phases baissières, il a tendance à moins reculer, et à davantage progresser lors des phases haussières. Dans le cadre d’une gestion de portefeuille, il est donc préférable de surpondérer des actions de ce secteur.

Graphique du DJ Stoxx 600, graphique hebdomadaire 2000-2010
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Parmi les composantes de ce secteur figurent évidemment les acteurs du luxe. C’est d’ailleurs le bon parcours boursier de ceux-ci qui expliquent l’accentuation de la surperformance du DJ STOXX 600 & Household Goods au cours de ces dernières semaines. Leur activité tire en effet pleinement profit de l’essor des pays émergents (Brésil, Russie, Inde et Chine en tête) et de ses nouveaux riches.

Trois valeurs ont engrangé des gains impressionnants
Le groupe français LVMH, leader mondial du luxe à travers ses articles de mode et de maroquinerie, vins et spiritueux ainsi que parfums et cosmétiques, signe ainsi la troisième meilleure performance du CAC40 depuis le début de l’année, avec un gain de plus de 32%. C’est d’ailleurs l’un des rares titres de la cote à évoluer sur de nouveaux sommets historiques. Le prochain objectif de long terme  se situe à 125 euros, du moins temps que les cours préservent le soutien majeur des 83 euros.

Graphique de LVMH
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Toujours sur le marché français, l’acteur de plus faible envergure Hermès International réalise également un parcours boursier impressionnant cette année. Il s’agit d’ailleurs de la plus forte hausse des valeurs éligibles au SRD, avec un gain de +74% depuis le 1er janvier. Graphiquement, le rally haussier s’est enclenché depuis le dépassement des 105 euros en mai dernier. La sortie d’un intervalle de consolidation long de trois ans (2007-2010) a libéré un potentiel de progression important à long terme, situé à 210 euros.

Graphique de Hermes
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Les Français n’ont toutefois pas le monopole du luxe, comme en témoigne le très bon parcours du Britannique Burberry Group. Sa progression depuis le point bas de mars 2009 à 146 pences — soit en l’espace de 18 mois — s’élève en effet à +580% ! Le dépassement du sommet de 2007 à 640 pences a ouvert la voie à un objectif de long terme ambitieux de 1 280 pences.

Graphique de Burberry Group
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Le luxe oui : mais pas n’importe quoi, n’importe quand !
Inutile de vous le re-préciser : ces trois configurations graphiques on un fort potentiel. Cependant, il n’est, à mon avis, pas opportun de se positionner aux cours actuels après la forte progression de ces dernières semaines. Certes, la tendance est en votre faveur ; mais le niveau de stop — donc de perte à accepter — est trop éloigné.

J’ai par contre trouvé une quatrième action qui a récemment donné un signal d’envergure : il s’agit du groupe suisse Richemont, notamment détenteur des marques Jaeger-LeCoultre, Cartier, Montblanc ou encore Vacheron Constantin. Le titre vient de franchir son précédent sommet à 42 CHF, mettant un terme à plusieurs semaines de consolidation sous cet obstacle.

L’accélération ne fait que commencer, et pourrait en l’espace de quelques semaines conduire les cours dans les environs des 50 CHF. A plus long terme, l’objectif se situe à 63 CHF, scénario qui serait toutefois remis en cause en cas d’enfoncement significatif des 42 CHF.

Graphique de Richemont
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Donc, le luxe oui : mais pas n’importe quand ! Encore une fois, vous devez rester vigilant dans votre sélection de valeurs au regard du secteur que vous analysez.

Mots clé : - - - - -

Jerome Vinerier
Jerome Vinerier

Jérôme Vinerier est analyste technique CFTe (diplôme délivré par la fédération internationale des analystes techniques IFTA). Il a exercé cette profession avec passion pendant plusieurs années au sein d’un cabinet réputé au niveau européen, délivrant quotidiennement le fruit de sa recherche auprès d’investisseurs institutionnels sur une vaste classe d’actifs financiers (actions, devises, indices, matières premières). Animé par la recherche de la performance, il s’établit comme stratégiste indépendant en 2008. – See more at: http://quotidienne-agora.fr/redacteurs/#sthash.0s0xSg5B.dpuf

Un commentaire pour “En pleine crise, le luxe surperforme. Ne cherchez pas la logique : profitez-en !”

  1. […] 10% l'année prochaine Selon une étude du cabinet Bain & Co publiée en début de semaine, si le marché mondial des produits de luxe devrait revenir sur ses niveaux d'avant crise et croître de 10% cette année, l'industrie du luxe […]

Laissez un commentaire