L’Oréal : pourquoi vous devez prendre vos bénéfices… mais ne pas shorter le titre

Rédigé le 2 mai 2018 par | Actions, Big caps Imprimer

L’Oréal (FR0000120321 – OR) est une superbe société dont la valeur de l’action se paye actuellement à un PER de… 28 !

Alors belle société ou pas, il n’en reste pas moins qu’un PER de 28, c’est extrêmement élevé. Et même si « extrêmement élevé » est une notion plus que relative par les temps qui courent, le consensus des analystes a pour objectif 188,50€ sur le titre. Niveau qui a été dépassé puisque L’Oréal vient de tester les 200€.

Donc, logiquement et rien que sur ces arguments, le titre devrait freiner et vous devriez penser à prendre vos bénéfices.

Mais j’ai en plus d’autres arguments, graphiques, sous le coude : 200€, c’est aussi une zone de résistance majeure qui risque de nous donner un signal de retournement. Voyez plutôt.

Grosse résistance vers 200€

Pour pouvoir mettre cette zone de résistance en évidence, il faut prendre un peu de recul (comme toujours). Elle apparaît nettement sur le graphe long terme ci-dessous.

L'Oréal en données mensuelles Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cette » résistance se compose :

1. d’une résistance oblique (segment rouge). Au passage vous constaterez que le titre évolue dans des canaux obliques de mêmes amplitudes (flèches orange) ; 2. d’une résistance horizontale (résistance mensuelle « RM »). Là encore les supports et résistances horizontales sont situés à des paliers de même amplitude (flèches grises).

La réaction des prix au contact de ces niveaux obliques ou horizontaux nous indique que ce sont bel et bien des « points de trade », donc des niveaux sur lesquels on peut prendre position avec un niveau de risque optimum.

Notez également le support oblique de long terme (« SLTO ») qui maintient la dynamique des prix à la hausse depuis 2011.

Donc si vous avez le courage et l’habitude de suivre mes élucubrations, vous devinez mon sentiment à ce stade : une résistance, c’est bien ; deux c’est mieux.

A présent, si le titre doit se retourner sous sa résistance mensuelle, alors nous devrions d’abord avoir un signal baissier sur l’unité de temps inférieure : l’hebdomadaire.

L’Oréal pourrait se retourner à la baisse prochainement

J’ai reporté sur le graphique hebdo la résistance et le support mensuels (rectangles horizontaux violet et vert), et cette vue hebdomadaire nous apporte de nouvelles précisions :

L'Oréal en données hebdomadaires Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Graphiquement, L’Oréal évolue dans un biseau d’essoufflement (en bleu) dont la résistance est proche (oblique rouge) et passe par les niveaux de la résistance mensuelle horizontale.

L’indicateur d’inertie, le SMI, arrive en zone de surachat (pastille orange).

Donc en cas de signal du SMI sous les 200/205€, nous devrions avoir un début de consolidation : l’occasion alors de prendre des bénéfices.

Le potentiel baissier est d’une quinzaine de pourcents, c’est-à-dire un retour sur la zone de support des 173€ (rectangle vert), niveau doublé par la MM 150 périodes (pointillés bleus). Si on y arrive, je reviendrai vers vous pour une mise à jour

En revanche, je ne passerai pas vendeur sur L’Oréal. Pour la simple et bonne raison qu’un plan de rachat d’action de 500 millions d’euros a été annoncé rien que pour le deuxième trimestre 2018.

Un plan de rachat d’actions de 500 M€

500 M€… ça donne le vertige, non ? C’est un montant qui paraît énorme.

Eh bien… par forcément : ici aussi, tout est relatif, voire subjectif.

Apple vient d’annoncer ses résultats du deuxième trimestre. Ils sont en demi-teinte, mais pour soutenir artificiellement le cours de l’action, le groupe a annoncé hier soir un plan de rachat d’action de (attention les yeux…) 100 MILLIARDS de dollars (si si, vous avez bien lu).

Ces 100 Mds$ viennent s’ajouter aux petits 23,5 Mds$ de rachat d’actions des valeurs du S&P500 sur le dernier trimestre… et dépasse à lui seul la capitalisation boursière de la majorité des entreprises du S&P500.

Bonne semaine à tout le monde,

Gilles,

L’Oréal : pourquoi et quand passer vendeur

Mots clé : -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

2 commentaires pour “L’Oréal : pourquoi vous devez prendre vos bénéfices… mais ne pas shorter le titre”

  1. Bonjour,

    Comme d’habitude excellente analyse, mais sur quels site internet allez vous pour glaner
    les informations sur les sociétés. Merci

  2. a ma connaissance, le plan actionnaire/employé est de 500.000 actions (x200 = 100 millions d’euros), la question est plutôt l’information est elle dans les prix, dans le sens, l’oreal a t’il déjà acheté ses actions dans le marché pour servir ses employés au top ou va t’elle les racheter à partir de la fermeture de l’offre,
    cordialement

Laissez un commentaire