L’or et les devises, des marchés à part

Rédigé le 3 mars 2009 par | Matières Premières Imprimer

La récession aux Etats-Unis s’est accentuée de manière bien plus considérable que prévue à la fin de l’année 2008, selon la deuxième estimation du produit intérieur brut publiée vendredi après-midi. Le PIB américain a reculé de 6,2% en termes annualisés au quatrième trimestre. Il s’agit de la plus forte baisse depuis le premier trimestre de l’année 1982, où le PIB avait fléchi de 6,4%. De quoi maintenir tout le monde sous pression. D’autant que les rumeurs sur les banques anglo-saxonnes continuent d’alimenter la crainte des investisseurs (Lloyds est en négociations avancées avec le gouvernement britannique concernant le programme d’assurance de ses actifs… HSBC a lancé une augmentation de capital gigantesque… AIG annonce des pertes abyssales… Rien ne change en fait).

Du côté des matières premières, l’or a entamé une consolidation sous le niveau des 1 000 $. La sale habitude du métal jaune à faire des « false breakout » en intraday m’a empêché, dans mon service Signal Matières & Devises, de profiter de ce mouvement correctif que j’anticipais pourtant. Graphiquement, l’or continue d’évoluer au sein d’un canal ascendant dont la borne inférieure passe actuellement par le niveau des 884 dollars. Tant que ce seuil n’est pas franchi, je privilégie une poursuite du mouvement de hausse vers les cibles à 1 033 et 1 100 dollars en extension. La tendance immédiate est quant à elle plus mitigée et je ne serais pas étonné de voir l’or poursuivre encore son mouvement correctif dans les prochains jours. Mais sauf émergence d’un nouveau signal très clair, je privilégie plutôt désormais comme stratégie une entrée en position à la hausse sur repli.

Sur le marché des devises, le dollar reste orienté à la hausse. Le billet vert teste un fort niveau de résistance mais ne montre pour l’heure pas de signe d’affaiblissement réel. La livre sterling quant à elle teste également un niveau de support clé sur le Cable à 1,41 (GBP/USD). La rupture de ce niveau replongerait la parité dans un biais baissier vers la cible des 1,35. Ce signal me semble indispensable pour valider mon scénario de rebond sur l’EUR/GBP.

Mots clé : - - - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire