L’importance de la répartition sectorielle dans les mouvements de marché

Rédigé le 9 octobre 2009 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Le classement des secteurs est un outil majeur pour le trader, à court comme à moyen terme. Je voudrais donc aujourd’hui insister sur ce point pour quand vous analysez un marché.

C’est une approche complémentaire à l’analyse technique des valeurs elles-mêmes, tout comme le sont les relations inter-marchés. Ainsi, en tant que trader, vous devez toujours avoir en tête ce que font les différentes classes d’actifs. Mais surtout, si vous tradez les indices ou actions, vous devez regarder quels sont les secteurs gagnants et perdants, surtout dans les phases de retournement ou de trading range.

Les nombreux logiciels disponibles chez vos brokers vous permettent d’avoir une liste des secteurs, que vous pourrez alors facilement classer en fonction de leurs variations nettes en pourcentage et avoir de cette façon les secteurs forts et faibles pour la journée.

◊ Les principaux secteurs doivent aller dans le sens de votre analyse

Par exemple, vous avez fait votre analyse du CAC40 pour les prochains jours, et vous voyez des signes de faiblesse. Regardez alors comment se comportent les principaux secteurs au sein du mouvement.

Vous savez que les banques représentent la plus grande part de la capitalisation sectorielle du marché, et ce, malgré la crise actuelle. Dans un mouvement directionnel clair, le marché a donc besoin de ce secteur pour progresser ou décliner.

Donc si vous anticipez que votre mouvement sera suivi par le secteur bancaire (vos deux analyses corroborent), cela donnera plus de force à votre analyse, et vous rendra plus confiant sur votre scénario. L’inverse est évidemment vrai. De même, si vous traitez le CAC40, vous devez prendre en compte que Total est la première capitalisation de la place. Elle aura donc une influence sur le marché. Cela pourra d’ailleurs parfois expliquer la sur- ou sous-performance du CAC40 par rapport aux autres indices européens

◊ Regardez ce que le marché observe en priorité

Quand je parle de ce qui est important pour le marché ces derniers mois, je parle des secteurs qui ont focalisé l’attention des marchés. Par exemple, ces derniers mois, les secteurs de l’immobilier, de la construction et même de l’automobile ont été particulièrement à l’honneur et même si on en parle moins ces derniers jours, il faut regarder leur configuration technique avec la plus grande attention.

Avoir ce classement des secteurs sous les yeux quand vous traitez les actions, vous permettra d’aiguiller vos choix. C’est ce que les gérants appellent le stock-picking, c’est-à-dire la sélection de valeurs. La répartition des secteurs qui sur- ou sous-performent le marché vous aide dans celle-ci.

Par exemple, vous voyez que le secteur automobile, dont je vous parlais la semaine dernière, est particulièrement faible par rapport au marché ces dernières semaines, et qu’il ne parvient pas à marquer de nouveau plus haut alors que le CAC40 en a fait un.

Tout d’abord, cela doit vous amener à vous interroger sur le marché :

– s’il a fait un plus haut en divergence, c’est-à-dire que les indicateurs ne l’ont pas suivi, et que la hausse est de moins en moins homogène à travers les secteurs (comme sur le Dax) : méfiance ;

– méfiance mais surtout : séparez-vous de vos positions acheteuses sur l’automobile, et shortez plutôt ce secteur FAIBLE dans les rebonds car il sera plus pénalisé que l’indice ;

– enfin, petite astuce : si le marché a subi une correction pendant quelques jours et que, lors du rebond, ce sont les secteurs les plus faibles qui rebondissent le plus… alors cela veut sans doute dire que ce n’est sûrement qu’un rebond et pas un retournement de tendance !

◊ Utilisez le palmarès sectoriel quand les marchés sont calmes et à l’intérieur d’un trading range

Dans ce type de marchés, quand on regarde au-delà de la surface, il y a souvent 2 ou 3 secteurs plus forts et plus faibles, qui se raffermissent ou se détériorent plus nettement. Dès lors, en trading range et en complément des signaux techniques sur l’indice, regardez la configuration technique de ces secteurs : la sortie du range de l’indice risque de suivre la tendance de ces secteurs.

En conclusion, si vous voulez traitez sur les actions, il faut bien sûr regarder en premier lieu la configuration technique des indices, selon votre horizon de temps, (en données hebdomadaires, journalières, 1 heure, 2 heures, ou 15 minutes) suivant que vous faites des trades sur 1 an, 1 mois, ou 1 journée, voire moins. Et puis, appuyez vos analyses globales par une analyse plus approfondie des secteurs.

Le mieux c’est d’avoir une idée globale de tous les horizons temps, si vous en avez le temps, mais aussi de la répartition sectorielle. Comme vous le voyez, c’est donc un métier à plein temps (au-delà des 35 heures !), et c’est en général pour cela que les traders particuliers s’appuient sur les conseils de profes

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire