LEXIBOOK paye son manque de transparence

Rédigé le 22 mai 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Vous savez que j’attache beaucoup d’importance à la communication financière des sociétés. Moi qui décrypte tous les communiqués publiés par les small et mid caps, je dois vous avouer que certaines stratégies me laissent parfois perplexe. Et c’est exactement l’état dans lequel la société LEXIBOOK (FR0000033599) m’a mis la semaine dernière.

En effet, mercredi 15 mai au matin, tandis que je me prêtais à ma traditionnelle revue des publications, je suis tombé sur le communiqué de presse présentant les résultats annuels de LEXIBOOK. Il était intitulé « Les ‘Tablet’ dopent le chiffre d’affaires, stabilité des résultats ». De prime abord, un titre comme celui-là est plutôt positif. Avant même de poursuivre plus avant la lecture du communiqué on est d’ailleurs enclin à se dire qu’il s’agit d’une bonne nouvelle. Sauf que lorsque l’on creuse un peu, on se rend bien compte que l’on a affaire à un trompe-l’oeil…

Je m’explique. La stabilité des résultats masque le fait que le second semestre a été très mauvais. A 1 million d’euros le résultat net annuel est certes stable mais il s’établissait tout de même à 1,5 million d’euros à la fin du premier semestre de l’exercice 2012-2013. En d’autres termes, cela signifie tout simplement que le second semestre a été déficitaire à hauteur de 0,5 million d’euros… Où est écrite cette mauvaise performance ? Nulle part si on ne se plonge pas dans l’histoire récente du titre.

Revenons maintenant à ce que nous apprend la première partie du titre du communiqué : « Les ‘Tablet’ dopent le chiffre d’affaires ». Il s’agit d’une évidence. En effet, au titre du quatrième trimestre, l’activité sur ce créneau a grimpé de 78%, ce qui est beaucoup j’en conviens. Mais, en substance, il faut bien comprendre que cette envolée s’est faite au détriment des marges du groupe.

Or, pour évaluer une action, les investisseurs s’intéressent essentiellement à la rentabilité du groupe. Le chiffre d’affaires importe peu. Interrogez n’importe quel gérant et posez lui la question suivante : « Préférez-vous une augmentation de la rentabilité avec même parfois une stabilité du chiffre d’affaires ou une détérioration de la marge avec une forte hausse de l’activité ? » Dans 95% des cas, ces messieurs opteront pour la première proposition. Les 5% restants n’auront, sans doute, pas entendu la question…

Ce qui me choque donc dans le communiqué de LEXIBOOK, c’est cette volonté de la direction – délibérée ou non – de passer sous silence le très mauvais second semestre réalisé par le groupe. Pourquoi ? Dans quel but ? Loin de moi l’idée de critiquer le business model du groupe, cher lecteur, mais j’aurais simplement aimé voir un peu plus de transparence dans sa communication. Car nier l’évidence n’empêche pas la sanction de tomber.

Les investisseurs ne sont pas dupes. Ils ont d’ailleurs fini par me rejoindre quand je parlais, peu avant l’ouverture, le 15 mai dernier, de baisse des marges et de mauvais second semestre. Et l’action de perdre 25% en deux séances avant de se reprendre quelque peu vendredi. A l’heure où j’écris ces lignes, le titre poursuit sa chute et lâche 0,52% à 3,85 euros…

Cela m’amène à vous conseiller, cher lecteur, de lire l’intégralité d’un communiqué quand vous vous intéressez à une valeur. Ne vous arrêtez pas à un titre qui peut, parfois, s’avérer trompeur. LEXIBOOK en a fait les frais… Que cela serve d’exemple à ceux qui seraient tentés d’avoir la même stratégie, celle de ne pas être le plus transparent possible.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire