L’euro reste fragilisé ; la livre pourrait continuer de mordre la poussière

Rédigé le 7 janvier 2009 par | Matières Premières Imprimer

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année qui, je l’espère, sera pour vos investissements l’occasion de profiter de belles opportunités qui vont sans aucun doute éclore dans ce marché si mouvementé.

◊ La fête est finie

La dernière semaine de l’année aura été marquée tout d’abord par l’absence d’intervenants… comme à l’habitude. Mais c’est aussi la première semaine de baisse pour l’euro depuis sept semaines, soit depuis la mi-novembre.

Dans l’ensemble, le dollar s’est un peu repris sur fond de volatilité et de chute des volumes. Du côté des statistiques, la confiance du consommateur américain (Conference Board) a surpris avec un nouveau plus bas historique, à 38 points alors que les analystes les plus pessimistes le voyaient vers 40 points.

Et ce n’est pas la baisse surprise des demandes d’allocations chômage aux Etats-Unis, soutenue par l’activité saisonnière des fêtes de fin d’année, qui suffira à effacer la morosité ambiante.

Vous l’aurez compris, la fête est finie.

Un hiver rude pour la livre

Le cas le plus intéressant reste toutefois la monnaie anglaise qui connaît encore des déboires. En effet, la livre sterling s’est approchée de la parité avec la monnaie unique européenne en chutant à 0,98 la livre pour 1 euro. Face au dollar américain, le pound est très proche de briser un support historique aux alentours des 1,4370/1,4350.

Vendredi, l’indice des prix de l’immobilier publié par Halifax a fait à nouveau plonger le Cable vers ses plus bas, en ressortant en baisse de 2,2% pour les biens immobiliers financés par Halifax Bank of Scotland.

La livre qui démarre la semaine aux alentours des 1,45$, va être fortement travaillée dans les jours qui viennent, avec la décision attendue du comité monétaire rendue publique ce jeudi. Le consensus s’attend à une nouvelle baisse du taux directeur de 0,5 point de base.

Les indicateurs des prix de l’immobilier (Nationwide HPI) et l’indice d’activité dans le secteur des services (PMI) annoncés mardi auront aussi toute leur importance. A noter également, la publication de l’indice de confiance du consommateur et de l’indice des prix à la production qui devraient là aussi faire bouger la monnaie anglaise.

Le moment d’acheter la parité GBP/USD ?

L’hiver s’annonce long pour la livre sterling qui devrait poursuivre sa baisse étant donné les difficultés économiques spécifiques liées à la situation du pays. Et si vous pensez qu’il est temps de se placer long sur cette monnaie qui est frappée de plein fouet par le remue-ménage financier qui agite les marchés depuis plus d’un an désormais, je vous citerai ici le dernier article de Philippe Béchade pour MoneyWeek : « … nous sommes entrés dans une série d’événements improbables. »

Et je le rejoins entièrement. Même si le pound semble déjà très affaibli, il pourrait bien aller mordre un peu plus encore la poussière, surtout si la BoE ne parvient pas à rassurer sur sa stratégie monétaire.

L’euro ne confirme pas

La reprise de l’euro face au dollar semblait encore une fois trop violente pour être solide. Et une nouvelle fois, la paire nous a donné raison.

Le support à 1,3820, qui s’était dessiné lors de ces dernières semaines, a cédé franchement ce matin pour ramener la paire sur le premier support à 1,3650. Les détracteurs de l’analyse technique ont beau dire, les graphiques ne mentent pas et reflètent parfaitement la psychologie des forces en présence sur le Forex. [Ndlr : Et c’est grâce à son interprétation des graphiques sur les devises que Jérôme enchaîne les trades gagnants dans son service sur le Forex. Si vous voulez vous aussi profiter de ce marché complètement décorrélé des actions, lisez notre rapport spécial]

Ainsi, même s’il ne faut pas faire aveuglément confiance à ces indicateurs, un oeil sur les graphiques nous aide à y voir clair et à trouver des objectifs.

Et là c’est clair, l’euro est toujours fragilisé et pourrait retomber vers les 1,32$ assez rapidement.

Je vous souhaite un très heureux début d’année, et vous conseille de faire très attention à la volatilité !

Mots clé : -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire