L’Espagne, prochain grand gagnant européen?

Rédigé le 14 juin 2017 par | Europe Imprimer

L’Europe est le Rodney Dangerfield des zones économiques : on ne la respecte pas. Dangerfield était un célèbre humoriste américain répétant systématiquement « On ne me respecte pas« .

Pourtant, lorsque vous laissez de côté les critiques, les mauvaises interprétations et les analyses incomplètes produites par la plupart des économistes, l’Europe enregistre vraiment les meilleures performances et offre les meilleures perspectives de croissance de toutes les principales zones économiques.

Au sein de l’Europe, plusieurs économies se distinguent véritablement, y compris l’Irlande et l’Espagne. Certes, elles se sont toutes deux effondrées, de 2008 à 2009, au plus fort de la crise financière mondiale. Mais c’était il y a 8 ans. Beaucoup de choses ont changé.

Actuellement, le marché espagnol offre un énorme potentiel de gains. Aujourd’hui, nous allons vous montrer plus d’une façon de réaliser ces gains.

En gros, il existe six principales opportunités économiques, dans le monde : Les Etats-Unis, la Chine, l’Europe, le Japon, la Russie et les marchés émergents. Je les appelle les Big Six.

Dans cette démarche, nous séparons la Russie et la Chine des marchés émergents bien que ces pays soient encore des économies émergentes, conformément aux définitions de l’OCDE. En outre, notre définition de l’Europe se limite à l’Union monétaire européenne, ou « zone euro », comptant les 19 pays qui ont adopté l’euro. Cela exclut le Royaume-Uni et la Scandinavie.

Certes, il existe des opportunités d’investissement en dehors des Big Six, notamment au Royaume-Uni, en Australie, au Canada et en Norvège. Et il est vrai que les marchés émergents sont diversifiés : les situations de la Malaisie, du Brésil et de la Turquie peuvent être extrêmement divergentes et différentes, quelle que soit la période.

Pour analyser les flux financiers, on peut se servir des Big Six comme hypothèse de comparaison et point de départ permettant de prendre des décisions d’investissement.

En nous appuyant sur ce cadre, nous constatons ce qui suit :

Si l’on retire le Japon, la Chine, la Russie, les Etats-Unis et les marchés émergents, qui reste-t-il, au sein des Big Six ? L’Europe !

Il est difficile de reprocher aux Américains de ne pas comprendre l’histoire de l’Europe. Depuis 2010, tout le monde – de Paul Krugman à Joseph Stiglitz, en passant par Nouriel Roubini et Zero Hedge – proclame à cor et à cri la fin de l’Europe et la désintégration de l’euro.

Ce matraquage intellectuel est relayé par deux journaux basés à Londres : le Financial Times et The Economist. Malheureusement pour les investisseurs américains, toutes ces analyses sont fausses.

Mais une fois écartés les mauvaises analyses économiques et les articles biaisés, on constate que la zone euro enregistre une croissance réelle impressionnante. Au sein de ce paysage positif, l’Espagne se détache particulièrement.

Le graphique ci-dessous indique une reprise de la croissance annuelle du PIB espagnol, depuis la crise de la dette souveraine de 2010. Elle dépasse désormais les maigres 2% de croissance moyenne enregistrée par les Etats-Unis ces huit dernières années :

PIB espagnol

La reprise économique espagnole a été impressionnante ces deux dernières années. C’est ce que nous verrons demain, et je vous expliquerai comment y investir malgré la crise bancaire qui sévit.

Mots clé : - -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Un commentaire pour “L’Espagne, prochain grand gagnant européen?”

  1. En Chine en 2015 le nombre des 25-54 ans plafonnait a 675 Millions, pour 2030 leurs nombre
    diminuera a 590 Millions. En même temps l’endettement est au top et le PIB s’aplatit.
    Au GB pour 2030 il y aura 17 Millions de retraités, en F encore plus.
    Il n’y a pas d’Avenue nulle part.

Laissez un commentaire