Les turbos : le produit rêvé pour l’analyse technique !

Rédigé le 2 septembre 2008 par | Big caps Imprimer

Aujourd’hui, j’avais envie de vous faire part d’une petite histoire. Celle de ma découverte des turbos.

Certains d’entre vous ont certainement déjà entendu parler de ce produit dérivé très spéculatif qui permet de faire de très beaux gains -, mais qui, a contrario, peut également engendrer la perte totale de l’investissement de départ. Certes. Mais ce dernier cas est sans compter l’utilisation pertinente de l’analyse technique sur ce type de stratégies.

Qu’est-ce qu’un turbo ? Le turbo est un produit dérivé d’une valeur mobilière qui peut être de plusieurs natures : une action, un indice, une matière première, une devise… Il s’apparente, en cela (mais en cela seulement) à son grand frère, le warrant. Il va donc évoluer selon deux critères : – ses caractéristiques propres ; – l’évolution du sous-jacent auquel il est adossé. La différence majeure d’avec son collègue warrant est que le turbo n’est pas soumis à la dimension « temps » ni à la « volatilité ». Ce qui, vous allez le voir, permet une gestion beaucoup moins aléatoire et plus sûre.

Quelles sont les caractéristiques propres d’un turbo ? Je viens de vous le dire, un turbo est donc un produit dérivé, calqué sur un sous-jacent. La caractéristique principale et essentielle d’un turbo est sa barrière désactivante (appelée également « strike » ou encore « knock-out »). Il s’agit d’un niveau donné qui, s’il est touché un seul instant provoque la « mort » du turbo, et la perte totale de sa valeur. C’est ce point précis qui rend craintif les investisseurs à l’égard d’un tel produit. Et c’est également ce point précis qui le rend très très intéressant pour un analyste technique. Mais, là encore, je vais vous faire patienter encore un peu avant de développer.

Cette barrière désactivante génère automatiquement un effet de levier, qui permettra d’augmenter les gains (voire les pertes si vous êtes dans le mauvais sens) de façon exponentielle et ce, plus le sous-jacent sera proche de sa barrière, plus le turbo sera réactif, et bénéficiera de son effet de levier de façon optimale.

Comment calcule-t-on le prix d’un turbo ? Pour calculer le prix d’un turbo en fonction du sous-jacent, il faut donc :

1. D’abord, effectuer l’opération suivante : – Sur un turbo call : SPOT (ou prix du sous-jacent) — STRIKE (ou niveau de la barrière) ajusté de la parité du turbo. – Sur un turbo put : STRIKE (ou niveau de la barrière) — SPOT (ou prix du sous-jacent) ajusté de la parité du turbo. Là, on obtient la valeur intrinsèque du turbo. 2. Puis, il faut tenir compte des frais de financement. – Sur un turbo call : on doit les ajouter. – Sur un turbo put : on doit les soustraire. Enfin, il faut ajouter à cela la marge de risque imposée par l’émetteur. Celle-ci étant fixe, dès le départ.

Pourquoi est-ce que l’analyse technique s’adapte parfaitement à une stratégie sur turbos ? L’analyse technique, comme vous le savez, est une science qui étudie les cours d’après leurs graphiques, avec de nombreuses règles, théories, ou autres outils type indicateurs. De cette science, découle divers niveaux de cours et, notamment, des seuils horizontaux très importants pour déterminer des points de retournements, de support, ou de résistance. Or, certains de ces niveaux sont d’autant plus forts qu’ils correspondent à une conjonction de divers points théoriques.

Maintenant, quel est le risque premier d’un turbo ? Eh bien, vous l’aurez compris, qu’il finisse par être désactivé. Ce qui se traduit par le fait que le sous-jacent atteigne le niveau de ladite barrière. Et il faut donc tout faire pour éviter ce type de configuration.

C’est là précisément que je veux en venir. Dans chaque analyse technique, je détermine un niveau de stop. Ce niveau est un niveau clé qui invaliderait le scénario que je privilégie sur le cours en question. Or, avec un produit comme le turbo, il me suffit d’en sélectionner un dont la barrière est : – Sur un turbo call : au-dessous de mon niveau de stop théorique. Sur un turbo put : au-dessus de mon niveau de stop théorique. Avec une discipline de gestion pareille, il m’est littéralement impossible de me faire désactiver. Et c’est en ça aussi que le turbo présente un potentiel de « risk/reward«  (risque/rendement) bien plus avantageux, selon moi, que son grand frère, le warrant.

Un exemple concret, et réel Observons le graphique ci-dessous, qui m’a permis de faire un joli coup sur le CAC40 :

Put Cac 40

Cela faisait un moment que l’indice principal parisien était en berne. Cependant, de forts éléments techniques plaidaient pour une poursuite de la chute en cours et ce malgré le rebond de la veille. Mes objectifs baissiers le jour où j’ai fait ma recommandation étaient sur le seuil psychologique des 4 000 pts, puis sur le support clé situé autour des 3 840 pts. Ce qui me laissait une marge suffisante pour jouer la prolongation de la baisse de l’indice.

J’ai donc choisi de me positionner sur un turbo put adapté, avec une barrière désactivante située sur les 4 475 pts, soit (comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessus) suffisamment au-dessus de mon niveau de stop sur le sous-jacent, situé sur les 4 350 pts.

Dès le lendemain, le CAC40 ouvrait en baisse et ne cessait de se déprécier au cours de la journée, ce qui m’a incité à une prise de bénéfices partiels qui m’a permis de jouer la prudence et de consolider une partie de mes plus-values en vendant la moitié de ma ligne à près de +63% de gains latents.

Ensuite, c’est après le week-end du 14 juillet que je décidais de vendre le solde de ma position. En effet, les indicateurs commençaient à montrer des signaux de retournement et le seuil de soutien psychologique des 4 000 pts se rapprochaient sensiblement. Vous remarquerez, toujours sur le graphique, que le timing était alors quasi idéal, puisque j’engrangeais un gain de près de +80% au total !

Ndlr : Marc a démarré la reprise du service @Turbos Trader par des gains de +70,37% et +95,9% en quelques séances. Que les marchés soient à la hausse ou à la baisse, les turbos sont des produits réactifs, qui vous permettront d’empocher des gains impressionnants, en quelques jours. N’attendez pas pour profiter des conseils de Marc qui s’est positionné sur des nouveaux turbos…

Mots clé : - -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire