Les sociétés françaises touchées par le Brexit

Rédigé le 1 juillet 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Mid et Small Caps Imprimer

Le Brexit a créé une onde de choc sur la planète Finance. Je ne vais pas revenir sur ce point déjà très commenté depuis vendredi dernier. Par contre, je veux attirer votre attention sur certaines sociétés encore plus touchées que d’autres, parce qu’elles exercent une part non négligeable de leur chiffre d’affaires au Royaume-Uni.

Groupe Eurotunnel : -20%

160704_GROUPE EUROTUNNELC’est bien sûr le cas d’Eurotunnel (FR0010533075), en recul de plus de 20% par rapport à son niveau d’avant le Brexit (Philippe Béchade vous en avertissait dans un papier intitulé « C’est l’heure des soldes sur Eurotunnel ! »). Ce fameux Brexit risque d’entraîner une baisse de l’activité économique à destination du Royaume-Uni. Un mauvais point pour la société Eurotunnel, surtout si, en plus, survenait une délocalisation des emplois de la City vers Francfort, Dublin et Paris.

Bien sûr, la baisse de la livre nous arrange, nous Français, quand nous devons nous rendre dans la « Perfide Albion », selon l’expression. Mais ce ne sera sans doute pas suffisant pour freiner le trafic entre la France et le Royaume-Uni.

Europcar : -16%

160704_EUROPCAREuropcar (FR0012789949), avec une baisse de 16%, n’est pas non plus très bien positionné. Le Royaume-Unis représente pour le groupe le deuxième marché, juste derrière l’Allemagne, soit plus de 20% de son chiffre d’affaires. Il peut y avoir un double effet pour la société. Primo, un ralentissement du marché britannique. Secundo, des effets de change négatifs avec la baisse de la livre : la consolidation des comptes en euro va entraîner des pertes de change.

JC Decaux : -11%

JC Decaux (FR0013065182), enfin, n’est pas non plus épargné, même si sa baisse n’est « que » de 11%… Déjà, en avril, le patron du groupe expliquait qu’il y avait un attentisme lié à la tenue du référendum sur le Brexit. Le démarrage du contrat londonien, prévoyant notamment le déploiement d’un millier d’écrans de 84 pouces dans les abribus de Londres, souffrait d’un retard conséquent avant même l’annonce des résultats du vote.

Sopra Steria : -15%

Pour finir, citons Sopra Steria (FR0000050809), en recul de 15%. Cette société informatique réalise 29% de son chiffre d’affaires au Royaume-Uni, qui est son second marché… mais le pire, c’est qu’elle travaille majoritairement avec le secteur public anglais ! Dans cette situation, tout le monde comprendra qu’elle paye un lourd tribut au « Brexit ».

 

Mots clé : - - - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire