Les small caps raflent la mise !

Rédigé le 4 avril 2011 par | Big caps Imprimer

Analyste et rédacteur du nouveau site dédié aux small caps : Small Caps Confidentiel

Alors que s’achève ce premier trimestre boursier, je constate que, une fois encore, la surperformance des small caps ne se dément pas.

En effet, l’indice CAC 40 gagne environ 5,5% depuis le 1er janvier quand, dans le même temps, l’indice CAC Small 90 prend 11%.

Sur un an, la performance est également impressionnante avec une hausse du CAC Small 90 de plus 12,6% pour seulement 1% de hausse pour le CAC 40 !

_______________________Pour vous aider dans vos trades________________________

UNE SEULE PRIORITE : PROTEGER VOTRE POUVOIR D’ACHAT !

L’OCDE vient de mesurer une inflation de 12% pour l’énergie et 2,3% pour l’ensemble des prix à la consommation dans la Zone euro. Bientôt votre pouvoir d’achat et votre épargne risquent d’être laminés par l’inflation.

Simone Wapler conseille 700 investisseurs particuliers soucieux de protéger et de faire fructifier leur capital dans le contexte économique inédit que nous traversons. Depuis 2 ans, sa sélection de valeurs a permis à ces privilégiés de réaliser régulièrement des gains spectaculaires comme ces plus-values de 136% sur une minière or/uranium et 263% sur une minière or !

Faites comme ces investisseurs avisés : protégez-vous maintenant et misez sur des actifs solides…

________________________________________

Quand je vous dis que les petites valeurs surperforment largement les blue chips… C’est exactement pour cela que les small et mid caps m’intéressent : ce sont de vraies boîtes, pour laquelle une équipe dirigeante se démène et dont l’activité s’analyse de manière fondamentale : des résultats, du chiffre d’affaires, une rentabilité, des marges, de la croissance… De la VRAIE croissance ! Pour moi, ce sont ces petites valeurs qui font la vraie richesse d’un pays (et, en l’occurrence, celle de l’investisseur).

Lorsqu’on regarde les principales progressions de l’indice CAC Small 90, on peut être frappé de stupeur tant les envolées sont vertigineuses — mais aussi disparates : c’est pourquoi toutes les petites valeurs ne sont pas bonnes à prendre.

Citons par exemple les hausses d’EuroDisney (+89,5%) ou encore d’Archos (+86,2%), deux valeurs sur lesquelles je suis pourtant dubitatif mais qui continuent d’attirer de nombreux investisseurs. J’avais d’ailleurs écrit un Billet sur EuroDisney le 22 février pour vous dire que la hausse me semblait complètement irrationnelle et spéculative.

Depuis, le titre a perdu quasi 30%, comme le montre ce graphique. N’empêche, vous avez raison : sur la durée, le titre prend 90%…

Graphique: Euro DisneyPour agrandir le graphique, cliquez dessus

Evoquons également des dossiers comme Spir (+74%) ou encore Latécoère (+67%). Là, aussi, je vous avais parlé d’envolée spéculative. Le spécialiste dans la fabrication et la commercialisation de structures destinées au secteur aéronautique était voué aux gémonies il y a quelques mois ; aujourd’hui, le titre suscite à nouveau l’intérêt des investisseurs, non seulement grâce à un retour aux bénéfices en 2010 mais également parce que son adossement semble inéluctable. Reste à savoir avec qui…

Que dire également de CAST (+67%). Voila un éditeur de logiciels d’analyse destinés aux professionnels de l’informatique qui est en pleine recovery. En 2010, le groupe a réussi à repasser dans le vert avec un résultat net de 2,3 millions euros et une marge opérationnelle passée en un an de 1,2 à 9,4%. Une performance exceptionnelle… pour un groupe tout juste sorti de l’anonymat.

Ce que je veux vous dire, par ces quelques exemples, c’est que seules les small caps peuvent nous réserver de telles surprises alors que dans le monde des blue chips, il est extrêmement rare d’assister en trois mois à de telles performances. La faute sans doute à des valeurs suivies par quantité d’analystes, ayant tous le même consensus et dont les résultats sont du coup déjà largement anticipés.

La seule exception sur le CAC 40 demeure Alcatel qui bondit de 86% depuis le 1er janvier mais qui est sans doute un cas à part.

En effet, ce dossier déçoit depuis tant d’années (-70% en cinq ans) que la moindre amélioration des comptes, comme ce fut le cas en 2010, suscite un intérêt indéniable. Mais c’est l’exception.

Dans la sphère des small caps il est fréquent qu’une société connaisse une hausse vertigineuse tout simplement parce que ses bons résultats n’étaient absolument pas attendus. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit : les résultats ne sont pas attendus non pas parce que la communauté financière est composé d’incompétents… mais tout simplement parce que le dossier n’est suivi que par un nombre très très restreint d’analystes — voire par aucun.

Car pour qu’un broker lance une analyse sur une société, il lui faut engager souvent des frais importants (20 000 euros environ) et mettre à disposition des moyens humains pour en assurer donc le suivi.

Sauf que le broker, si la société n’a pas de velléités d’opération financière ou si le titre n’est pas assez liquide, ne rentrera jamais dans ses frais car il ne pourra ni recommander la valeur aux gros fonds qui le payent, ni intervenir. De sorte qu’il reste encore de nombreuses sociétés, totalement dépourvues de suivi. Et ce sont celles que j’apprécie évidemment le plus, car je fais mon travail d’analyste et d’enquête dans mon coin, loin des spéculations de marché.

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire