Les premières estimations des conséquences financières d’une faillite de la Grèce

Rédigé le 9 juin 2015 par | Autres indices, Toutes les analyses Imprimer

Yves Mersch, un des plus influents membre du directoire de la Banque centrale européenne vient d’affirmer que stopper le plan de soutien d’urgence aux banques grecques (ELA) causerait un chaos dans le système financier grec (ah bon, pas de risque de contagion ? Ces banques n’ont pas de contreparties hors de leurs frontières ?).

Et si les banques grecques sont exsangues c’est que les grecs vident leurs comptes (par tranche de Md€ chaque semaine) : le seul moyen d’y remédier serait la mise en place d’un contrôle des capitaux.

La Grèce s’y refuse et Yves Mersch confirme que c’est une décision nationale qui ne dépend pas de la BCE.

Certains experts chiffrent une faillite de la Grèce à -20% pour les marchés financiers. Pour vous donner une idée de l’ampleur du choc à venir rappelez-vous que la Bourse de Francfort (DAX) n’a récemment perdu que -10% depuis son récent zénith.

La correction n’a en réalité pas encore commencé (pas de signe d’inversion des flux) : le potentiel de rebond technique court terme ne vaut pas de prendre le risque de jouer les héros pessimistes…

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire