EnterNext donne de la visibilité au secteur des Technologies !

Rédigé le 19 novembre 2014 par | Interviews, Mid et Small Caps Imprimer

Je me suis rendu hier à la Gaité Lyrique à Paris, pour la première édition de l’EnterNext Tech Conference. L’idée était pour EnterNext (une filiale d’Euronext dédiée à la promotion et au développement du marché des PME) de renforcer l’accompagnement et la visibilité des sociétés technologiques sur les marchés.

J’y suis resté quelques heures ai discuté avec de nombreuses acteurs coté (comme Henri Seydoux, patron de Parrot) comme non-coté en Bourse (Frederic Mazella, patron et cofondateur de Blablacar, un acteur du covoiturage qui vient de lever 100 M€ et avec qui j’ai débattu lundi dernier sur BFM Business dans les Experts du Soir). Il y avait également des business angels, des spécialistes du private equity ou même quelques  banquiers. J’ai pu discuter avec une bonne trentaine de personnes et, même si c’était une première, le but de cette journée était surtout de permettre aux gens de se rencontrer et je dois dire que le bilan est intéressant.

Lorsque j’ai un peu discuté avec des acteurs du private equity, je me suis rendu compte qu’ils n’avaient pas l’air particulièrement inquiets de la situation économique actuelle puisque, comme me l’a confié l’un deux : « Il y a toujours de beaux dossiers en France ».

Mais il fallait des annonces pour que la réunion soit réussie.

Emmanuel Macron, venu dans la matinée, a parfaitement manié la langue de bois et n’a donc rien dit d’intéressant. Par contre, Eric Forest, le président d’Enternext, a fait quelques annonces assez intéressantes.

Les 320 entreprises technologiques couvertes par Enternext bénéficieront d’un accompagnement renforcé avec des analyses financières et la création d’un site dédié. Une bonne mesure pour des valeurs qui sont, dans leur grande majorité, peu suivies par les analystes car trop petites ou trop techniques. C’est Morningstar qui se chargera de l’analyse — à priori un gage de plus grande indépendance par rapport aux banques d’affaires.

Un label sera également crée et attribué tous les ans à 50 sociétés cotées et sélectionnées selon des critères (peu clairs pour le moment à mes yeux). Cette sélection leur permettra de gagner en visibilité grâce notamment à des road shows organisés pour eux.

Comme je vous l’explique souvent, de nombreuses petites sociétés cotées sont peu ou pas suivies par les analystes, ne sont dans pas dans le giron des gérants et se trouvent complètement délaissées en Bourse alors que leurs fondamentaux peuvent être excellents ! En fait, les brokers préfèrent suivre des sociétés plus grosses ou plus installées, susceptibles de leur apporter des augmentations de capital.

Pour le non-coté, Enternext va créer un programme d’accompagnement et de coaching de ces sociétés afin de les aider à se structurer pour les amener tranquillement vers les marchés financiers.

La démarche d’Enternext va donc dans le bon sens, mais c’est un projet ambitieux. Reste à voir si la mise en route ne sera pas très (trop) lente. J’attends maintenant la véritable exécution !

 

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire