Les pays émergents ont-ils mangé leur pain noir ?

Rédigé le 22 juin 2018 par | Fed, Taux & Devises Imprimer

guerre des devisesCher lecteur,

Le phénomène n’a évidemment pas échappé aux cambistes avertis. Depuis de longues semaines, les devises émergentes reculent.

Ce mouvement est largement dû à la politique monétaire américaine, avec une FED désormais totalement lancée sur la voie de la normalisation et qui aspire à réduire la taille de son bilan. L’institution a déjà remonté deux fois ses taux directeurs cette année. Deux autres relèvements sont attendus cette année puis, a priori, trois l’an prochain avant un ultime tour de vis en 2020.

Comme Eric Lewin l’a expliqué dans le dernier numéro de La Lettre PEA, les desseins de Washington ne servent pas les intérêts des Etats émergents. La normalisation de la politique monétaire et la récente hausse du dollar favorisent en effet la sortie des capitaux de ces pays et la dépréciation de leurs devises. Résultats : pour eux, tout est plus cher à importer car les achats libellés en dollars leur coûtent plus cher.

Les devises émergentes devraient remonter

Ces dépréciations pèsent fortement sur la dette et la charge de remboursement, essentiellement libellée en dollar, s’envole. De quoi éprouver des inquiétudes pour leurs économies… Je pense à la Turquie, dont le déficit des comptes courants s’aggrave et qui est aux prises avec une vive hausse de l’inflation ; à l’Argentine, qui connaît des problèmes comparables et a dû appeler le FMI à la rescousse ; ou encore au Brésil, dont le déficit public pèse désormais 9% du PIB.

Pour autant, Jim Rickards s’attend à ce que les devises émergentes rebondissent cet automne. Il est en effet hautement improbable que la FED procède à un troisième relèvement de ses taux en septembre. Cette pause – qui s’impose sans doute étant donné que l’économie américaine, par-delà des chiffres de l’emploi officiellement mirifiques, semble en fin de cycle – affaiblira le dollar. Par extension, les devises émergentes devraient donc remonter la pente.

Jim Rickards vous explique le pourquoi du comment dans son article du jour.

Bonne séance à tous et bon week-end,

Guillaume

Un rebond des devises émergentes à l’automne est hautement probable

Mots clé : - -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire