Les marchés sont gelés, les small sont boudées !

Rédigé le 22 novembre 2011 par | Mid et Small Caps Imprimer

Les commentaires toujours aussi acerbes de Moody’s arrivent, comme d’habitude, à un moment opportun ; l’agence parle de revoir à nouveau à la baisse son évaluation de la France. Les négociations visant à réduire la dette américaine de 1 200 milliards de dollars sont bloquées au point que certains évoquent une nouvelle dégradation. Et pour couronner le tout, les Chinois évoquent une possible récession mondiale.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

L’or cote plus de 1 700$, faut-il acheter ? Vendre ? Tout est dans cette video !

______________________

Je ne partage pas le pessimisme ambiant

Tout semble se liguer contre les Bourses mondiales qui rechutent fortement sur les cinq dernières séances : l’indice CAC Small & Mid perd 6,1% en cinq séances, et touche même un plus-bas depuis un an à 5 311,70 points. L’indice CAC Small recule de son côté de 5,8% et marque aussi un plus-bas à 5 131,76 points.

Les petites et moyennes capitalisations évoluent maintenant quasiment à l’unisson du CAC 40, en recul de 5,5% sur la semaine.

Autant dire que je ne partage pas le pessimisme ambiant. Je l’ai dit à certains d’entre vous au salon Actionaria je pense qu’il faut commencer à revenir sur certaines actions tant les valorisations apparaissent délirantes.

Evidemment, mon optimisme dénote du point de vue d’autres analystes. Lorsque vous lisez leurs dernières prévisions, on ne peut que parler de pessimisme. En moyenne, les analystes financiers ont abaissé de l’ordre de 5% les prévisions des résultats 2011 et de 10% celles de 2012 sur les small caps.

Les IPO sont difficiles en ce moment

Le transfert de TRSB (FR0010500793 – MLTRS) sur Alternext, dont je vous ai parlé le 10 novembre dernier n’aura finalement pas lieu. La société n’a pas réussi à récolter les 75% nécessaires pour que l’augmentation de capital ait lieu. Elle restera cotée sur le Marché Libre. Par contre, COGRA (FR0011071570 – ALCOG), spécialiste de la production des granulés de bois, a réussi à lever 2,5 millions d’euros, contre 3,3 millions  d’euros attendus. C’est 75% de l’opération… C’est une opération au rabais mais saluons cette arrivée sur Alternext. Le business de la société semble plaire aux investisseurs car COGRA produit des granulés qui produisent de la chaleur à moindre coût pour l’environnement.

Il faut du courage pour venir en Bourse en ce moment. Les gérants que je rencontre sont lessivés et engrangent des moins-values latentes très importantes. Du coup, cela entraîne un vrai problème sur les small caps actuellement : un manque flagrant de liquidité*. Lorsque vous gérez des fonds small caps, vous avez la possibilité de vendre les actions soit sur le marché, soit de façon indirecte en trouvant une contrepartie via l’échange de blocs.

Vendre actuellement sur le marché est illusoire, étant donné qu’il n’y a pas d’acheteurs en face.

La pression vendeuse est forte

Prenons un exemple… supposons que je ne crois plus en HIGH CO, le spécialiste du couponing et de l’échantillonnage pour la grande distribution (ce n’est pas mon cas, j’aime bien ce dossier que je trouve sous-valorisé). J’ai en portefeuille 30 000 titres que je dois vendre. Pensez-vous que ce soit facile ? Pas du tout… En cinq séances, l’action a perdu 10,8% à 5 euros avec seulement 8 000 titres échangés. Oui 8 000 titres en cinq séances, soit 1 600 titres en moyenne par jour. Je ne peux donc pas vendre d’un coup mes titres sur le marché sauf à les vendre ATP (ordre à tout prix), provoquant ainsi une purge dévastatrice.

Il me reste donc à trouver un investisseur institutionnel qui me rachètera les 30 000 titres que j’ai sur les bras. Je vais appeler les différents brokers de la place en leur demandant de me trouver un acheteur pour ce bloc…

Voici comment les gérants arrivent à vendre leurs small caps en ce moment. C’est ce que je faisais tous les jours chez Euroland Finance ; mais à l’époque, le marché des blocs était encore très actif. Il y avait de l’animation ! Pas comme en ce moment : le marché est gelé. Les gérants ne font plus rien si ce n’est de vendre. Voilà pourquoi tout est gelé et l’on arrive à des délires boursiers.

Je pense par exemple que BULL à 2,65 euros, GROUPE FLO à 3,76 euros, GROUPE CRIT à 10,61 euros ou encore STERIA à 11,10 euros sont des merveilleuses opportunités d’achat à condition que la pression vendeuse cesse… Remarquez, je suis en train de travailler sur un service pour « jouer » les small caps justement. Avec ces niveaux de valorisation, autant dire que nous allons nous régaler tant il y aura d’opportunités une fois la purge passée ! Mais c’est une autre histoire. En attendant, conservez précieusement ces titres.

* Décryptage : Liquidité
Indicateur très important pour toute personne souhaitant acheter ou vendre des actions. La liquidité correspond en effet au nombre d’actions échangées au cours d’une séance boursière et ce volume de transactions permet de juger de la facilité d’acheter mais surtout de revendre une action. En règle générale, les grandes valeurs, celles inscrites dans l’indice CAC 40, par exemple, disposent d’une grande liquidité, c’est-à-dire qu’il est facile de passer des ordres d’achat ou de vente. Ce n’est pas du tout la même chose pour les entreprises petites ou moyennes et il est parfois difficile de se défaire d’une dizaine d’actions si, en face, la demande est modeste. Enfin, une entreprise peut augmenter la liquidité de ses actions en faisant entériner par l’assemblée générale des actionnaires une division du nominal. Par exemple, le cours de la société A est de 100 euros. Une division par 10 ramène l’action à 10 euros, ce qui permet à beaucoup plus de personnes d’en acquérir car elles sont moins chères à l’unité.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

3 commentaires pour “Les marchés sont gelés, les small sont boudées !”

  1. […] des gérants value ont déjà lâché l’affaire. Eric Lewin vous en parlait par rapport aux small caps, mais c’est vrai aussi pour les gérants d’autres actifs. Il n’y a plus que des […]

  2. […] Je l’ai dit à maintes reprises, je ne partage pas le pessimisme ambiant… Le 22 novembre, je disais à mes lecteurs de revenir sur certains titres, et notamment sur certaines actions dont […]

  3. […] la remontée entre 2 950 et 3 400 points sur le CAC. Ils n’y croyaient pas, préféraient vendre les small comme je vous l’expliquais alors. Ils ont donc raté le début de la hausse. Aujourd’hui, ils ne peuvent rester absents du […]

Laissez un commentaire