Les marchés obligataires connaissent un problème de liquidité

Rédigé le 1 juillet 2015 par | Fed, Taux & Devises Imprimer

Bill Gross ne cesse d’avertir les investisseurs que les marchés obligataires connaissent un problème de liquidité : pas encore perceptible sur les principales lignes d’emprunts d’Etat (sauf si un sell-off survenait: on s’apercevrait que la contrepartie n’est pas très abondante) mais c’est déjà évident sur la classe des emprunts corporate dit high yield (émission des entreprises à haut rendement).

Mais il se trouve que Luigi Zingales, l’une des têtes pensantes de l’Université de Chicago, s’en accommode très bien : il conseillait ce matin (avec un sourire carnassier sur CNBC) de poursuivre les achats de dettes high yield car le QE de la BCE écarte le risque de remontée des rendements.

Pourquoi les gérants voudraient-ils se défaire d’une classe d’actifs qui offre les meilleurs rendement avec quasiment zéro risque ?

Ce raisonnement, je l’ai, comme vous, déjà entendu il y a 8 ou 9 ans à propos des subprime : « d’accord, ça ne vaut rien, mais c’est le meilleur rendement disponible à ce jour. Puisque la bulle immobilière n’a pas fini de gonfler: pourquoi les gérants voudraient-ils les revendre ? »

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire