Les marchés actions pris dans l’étau des taux

Rédigé le 14 mai 2018 par | A la une, Actions, EUR/USD, Europe, US Imprimer

Aujourd’hui, je vous propose une petite réflexion à partir de deux graphes tout simples qui mettent en évidence la fin d’une tendance qui dure et perdure depuis une trentaine d’années.

Cette tendance, c’est celle de la baisse du rendement des obligations U.S. Donc d’un marché obligataire haussier. Eh bien… c’est terminé.

Nous assistons au début d’une vague de fond qui est en train d’inverser cette tendance de 30 ans. Inutile de vous dire qu’elle va impliquer une grosse réallocation des actifs au profit du compartiment obligataire et au détriment… des marchés actions, sur lesquels les investisseurs n’avaient pas d’autre choix que se tourner pour chercher du rendement.

Cette vague d’investissement forcée (faute d’autres choix) sur les actions a évidemment plus que contribué à la hausse des indices. Donc une réallocation, même graduelle et modérée, sur les marchés obligataires aura obligatoirement un impact inverse.

Attendez-vous à une baisse des actions désormais privées de leurs principaux soutiens

Évidemment, les banques centrales continueront de contrôler l’évolution des rendements – ou du moins, s’évertueront à la faire.

Si tout se passe bien, c’est-à-dire si les rendements remontent progressivement et sans à-coup, la balance et la réallocation entre les deux compartiments devrait se faire graduellement et sans décrochage.

Dans le cas contraire… c’est le plongeon assuré. Nous en avons eu un avant-goût en début d’année.

Ceci étant dit, je vous propose de voir concrètement la figuration des deux principaux supports obligataires : le 30 ans U.S et le 10 ans U.S.

Comme pour une action ou un indice boursier, des niveaux de support ou de résistance apparaissent à l’aide de l’analyse graphique. Ce sont des niveaux « clés ». La manière dont les prix réagissent sur ces niveaux forts est scruté par les opérateurs de marché car leur cassure ou reflux est souvent prétexte à une accélération.

Le 30 ans U.S s’apprête à casser sa résistance… en place depuis 1988 (30 ans aussi)

Regardez par exemple la grande oblique rouge et qui coiffe l’évolution des taux depuis maintenant 30 ans. Regardez les points d’impact et de retournement à son contact (pastilles orange). Ces impacts sont d’une régularité bluffante.

La baisse du 30 ans américain arrive à son termePour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cette tendance de fond, en place depuis 30 ans je le rappelle, est en train d’être cassée alors que les rendements poussent à la hausse (grosse flèche bleue).

Pour le moment, le 30 ans teste une zone extrêmement importante située vers 3%. En cas de cassure, l’accélération devrait propulser les rendements sur les 3.9%. Ce niveau est estimé par la méthode des reports d’amplitude (flèches noires).

Or, un 30 ans U.S à 3.9% de rendement aurait un impact fort sur l’économie. Il faut remonter à fin 2013 pour retrouver le même niveau sur le 30 ans. Donc, pratiquement hier. Je vous laisse regarder ou en étaient vos indices action favoris il y a 5 ans (le CAC40 était entre 3 800 et 4 000 points).

Si le 30 ans U.S est en train de casser sa ligne de tendance, il y a un autre compartiment obligataire, plus réactif, et qui a déjà clairement cassé (grosse flèche bleue) sa droite de tendance baissière (ici aussi : oblique rouge et pastilles orange) : il s’agit du 10 ans U.S.

Le 10 ans U.S a déjà cassé sa résistance

Même principe que pour le graphe précédent : le 10 ans U.S a déjà cassé l’oblique baissière et travaille une deuxième zone de résistance (rectangle bleu vers 3%).

Là aussi, en cas de cassure, les reports d’amplitudes (flèches noires) donnent un objectif vers 4,5% (grand rectangle bleu horizontal).

La baisse du 10 ans américain est déjà enrayéePour agrandir le graphique, cliquez dessus

Nous entrons donc dans un nouvel environnement et les niveaux de résistance qui contiennent encore la hausse des taux sont à surveiller de TRÈS près à court terme.

Ce qui va être amusant, ce sera de voir comment la Fed arrive (ou pas) à contrôler l’accélération qui suivra la cassure de ces résistances. Parce que si elle y échoue, le coup sera dur pour les indices actions et donc nos indices européens.

Je vous donne rendez-vous dès que le 10 ans U.S aura passé les 3%, avec un plan de trade détaillé pour profiter de ce nouveau paradigme. De mon côté, avec Philippe, nous sommes déjà positionnés pour profiter de cette envolée des taux (c’est notre dernier conseil, paru dans le dernier numéro de la lettre Béchade Confidentiel… lisez-la vite pour en profiter).

Gilles,

Qu’est-ce qui explique la tendance haussière des marchés européens ? Eric Lewin sur BFM Business

Mots clé : - - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Un commentaire pour “Les marchés actions pris dans l’étau des taux”

  1. Bjr,
    Amha,-si l’economie est cyclique-il faut regarder qu’a partir de 2008.
    Sur 10 ans la cible serait 3.26, sur 30 ans 3.07 .

Laissez un commentaire