Les Hedges funds britannique désormais exposés à hauteur du tiers du PIB mondial

Rédigé le 16 juin 2015 par | Apprendre la Bourse, Toutes les analyses Imprimer

J’évoque régulièrement la question -le potentiel Fukushima financier- des effets de levier.

Chacun sait que les hedge funds en sont les plus friands : d’autres le seraient également s’ils n’étaient encadrés comme le sont la plupart des banques (mais c’est dans les faits illusoire puisque la Deutsche Bank (DE 0005140008 DBK ) accuse un encours de dérivés qui représente 16 fois le PIB de l’Allemagne).

J’évoque souvent des leviers de 20 pour les principaux acteurs du marché mais ce n’est qu’une moyenne : voici enfin de « vrais chiffres » qui nous sont fournis par régulateur britannique des activités bancaires (la FCA).

L’encours des positions à terme prises par les 132  hedge funds commercialisés au Royaume-Uni (par une cinquantaine de sociétés de gestion) représente le total vertigineux de 67 fois valeur liquidative des actifs (418Mds$… à multiplier par 67).

Cela semble dément mais le phénomène s’accélère avec des leviers en hausse de près de 5 % par rapport à 2014 où ils avaient déjà atteint un record historique de 64 fois.

D’après la FCA, les 10 plus gros fonds (38% des 418 Mds$) sont à l’origine des deux tiers de cet effet de levier et de 83% de l’exposition sur les « dérivés » (soit 23.000 Mds$, ou le tiers du PIB mondial ) : sorti de cet échantillon de titans hyper-systémiques de la démesure spéculative, le levier moyen s’établit à 32 fois, ce qui demeure stratosphérique (des leviers de 100 et plus sont monnaie courante sur le marché des changes, mais il s’agit de positions de très court terme).

Plus les fonds sont « modestes » plus le levier médian redevient « raisonnable » : dans le « ventre mou » des Hedge Funds (disons les 50% les plus modestes), le levier moyen n’atteint même 4 fois la valeur liquidative… de quoi perdre encore beaucoup d’argent quand un indice comme le DAX30 perd 12% en 6 semaines).

Mots clé :

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire