La Bourse au quotidien

Analyses et conseils boursiers indépendants

Les gérants ne peuvent pas se passer d’Orpea

Par Eric Lewin14 Oct 2016

Le 19 mai dernier, j’écrivais qu’Orpea (FR0000184798) était cher avec un PER de 22 et une VE/ROC de 17. Et bien que la qualité se paye en Bourse, je n’étais pas à l’aise avec un cours de 62 €.

Eh bien, j’aurais dû être moins frileux !

Le titre a pris quasiment 30% depuis, et cote désormais 80 €.

ORPEA

Cette forte hausse est due évidemment à de vraies et belles raisons fondamentales : une excellence des résultats du spécialiste des maisons de retraite.

Sur le premier semestre par exemple, son résultat opérationnel courant a progressé de 17,8% à 163,6 M€ et son résultat net de +12% à 75,5 M€.

Le groupe a également confirmé son objectif de chiffre d’affaires annuel de 2,8 Mds€, soit une hausse de 17,5% et de maintenir sa rentabilité.

Autre bonne nouvelle, le groupe se développe rapidement à l’international qui représente maintenant 39% du chiffre d’affaires (61% pour la France).

Mais cela justifie-t-il pour autant la valorisation de la société ?

Car Orpea se paye maintenant sur un PER de 27 sur 2016 et sur une VE/ROC de 22… Et même si on se projette sur 2017, les ratios sont élevés, à 24 (PER) et 19 (VE/ROC).

La raison, à mon sens, d’un tel plébiscite, c’est… que les investisseurs n’ont pas franchement le choix en fait pour jouer les maisons de retraite.

Il y a, outre Orpea, deux autres acteurs cotés : Le Noble Age et Korian.

Le Noble Age est une très belle société, qui améliore bien sa rentabilité mais avec une capitalisation de seulement 290 M€. Trop petite pour entrer dans les stratégies de certains fonds : certaines sociétés de gestion ne regardent pas les dossiers qui sont sous le milliard d’euro de capitalisation.

Reste donc Korian mais la valeur ne séduit pas et baisse de 13% depuis le début de l’année. Problèmes managériaux, plan stratégique peu convaincant… On a l’impression que l’action est sortie du radar de nombreux gérants.

Il ne reste donc qu’Orpea aux gérants… CQFD ! En tout cas, si elle était moins chère, ce serait tout à fait le genre de valeurs que je recherche pour ma lettre PEA…

photo auteur

Eric Lewin

Rédacteur en Chef de La lettre PEA et de Mes Valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de « La lettre PEA » des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

Eric Lewin est également rédacteur en chef de « Mes Valeurs de Croissance » et fait bénéficfier ses lectuers de conseils de tout premier ordre pour profiter du potentiel exceptionnel de croissance des Mid & Small Caps.

Voir les articles de Eric Lewin

Infos Bourse, News & Opportunités

Suivez nous sur Facebook

Retour en haut

Si vous souhaitez recevoir des informations en exclusivité sur les IPO, OPA, augmentations de capital et autres opérations financières des partenaires de La Bourse Au Quotidien, inscrivez-vous ici :