Les étudiants chinois, nouvelles têtes de turc de Trump ?

Rédigé le 5 octobre 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

Donald TrumpDonald Trump ne décolère pas contre les autorités chinoises : une attitude qu’il pense politiquement payante. Chaque fois qu’il « charge » les Chinois et les accuse de tous les maux, cela lui vaut quelques dixièmes de points de popularité en plus.

A force, les dixièmes se transforment en points… et ce gisement semble inépuisable.

Il y a toujours quelque chose à reprocher aux Chinois : aussitôt après avoir dégainé la carte de l’ingérence dans les élections de novembre (quand c’est les démocrates, c’est forcément un argument de mauvaise foi), il s’en prend cette fois-ci aux apprentis ingénieurs qui font leurs études dans des universités américaines, accusés de piller le patrimoine technologique des entreprises américaines où ils effectuent des stages.

Trump s’attaque aux revenus des universités américaines

Plus de 300 000 Chinois payent des dizaines de milliers de dollars par an pour étudier aux Etats-Unis : tous ne sont certes pas inscrits dans des écoles d’ingénieurs ou des universités scientifiques de type MIT ou Cornell, mais cela doit représenter environ la moitié des effectifs… et des milliards de dollars de frais de scolarité.

Leur interdire de s’inscrire ou de poursuivre leurs études en ne renouvelant pas leurs visas constituerait une catastrophe économique pour nombre d’universités américaines.

Encore une polémique et des menaces que Trump n’a pas les moyens de mettre à exécution… mais son électorat ne le sait pas et adore ces éructations de « tigre de papier ».

Après les sanctions douanières, Trump envisage de restreindre l’accès aux filières universitaires

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire