Les deux premières clés du portail menant à la liberté financière

Rédigé le 28 février 2012 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Mettez ces 5 biotechs dans votre PEA !

Découvrez avant tout le monde les nouveautés technologiques qui pourraient inonder le marché dans les années à venir ! Le dossier complet est ici.

 

Depuis plus de dix ans, j’ai déjà formé plus de 30 000 personnes. Des novices qui n’y connaissent strictement rien, aux boursicoteurs expérimentés en passant par les gestionnaires de patrimoine. Et je peux vous dire UNE CHOSE : à tous les niveaux, ceux qui ne sont pas encore libres financièrement, ne savent pas POURQUOI ils le ne sont pas. C’est aussi simple que ça. Un webinaire gratuit aura lieu ce mercredi 29 février pour vous expliquer tout cela (inscrivez-vous ici mais faites vite, les places sont limitées).

Image: Liberté Financière

Que vous n’ayez aucune éducation financière, que vous soyez déjà initié à quelques techniques d’investissement ou que vous pensiez être aguerri aux techniques des meilleurs trades… savez-vous pourquoi vous n’avez toujours pas atteint votre liberté financière ? Non. Pas forcément.

Alors un petit rappel est nécessaire : pour accéder à la liberté financière, il vous faut d’abord ouvrir un portail à trois serrures. Le fameux portail qui mène à la liberté financière. Et une fois devant ce portail (vous y êtes déjà en lisant cet article), ce n’est qu’une question de temps pour arriver à votre destination appelée « liberté financière ». La première serrure à ouvrir concerne votre psychologie, la deuxième serrure correspond aux stratégies que vous utilisez et la troisième et dernière serrure est celle de votre savoir-faire.

Si aujourd’hui, malgré vos efforts, malgré toutes les lectures de livres ou magazines spécialisés, malgré toutes vos tentatives d’investissement, vous avez l’impression que vous n’avancez pas assez vite vers la liberté financière, c’est tout simplement une question de clés.

Certes, il vous faut ouvrir les trois serrures pour être sur le chemin. Alors regardons déjà comment ouvrir la première – celle qui représente votre « psychologie d’investisseur », le mental que vous devez développer pour réussir.

Il est bien connu que 80% de votre réussite dépend de votre psychologie. Donc, avez-vous vraiment le conditionnement psychologique pour attirer les bonnes personnes et les bonnes opportunités à vous ? La psychologie adéquate pour rester motivé et centré sur vos objectifs malgré les difficultés ? Avez-vous le mental d’acier qui est nécessaire pour garder confiance en vous quoiqu’il arrive ? Et possédez-vous ce mental de chasseur pour passer à l’action quand une bonne opportunité se présente ?

Voilà les questions que vous devez vous poser avant de démarrer ! Posez-vous les vraiment et continuez la lecture pour découvrir la deuxième clé : les stratégies à employer.

Savez-vous que 90% des millionnaires roulent dans des voitures modestes, portent des montres bon marché et restent longtemps dans la même entreprise ? Ils n’investissent pas en Bourse de la même façon que les autres et préfèrent acheter un appartement d’occasion plutôt que le faire construire avec toutes les incertitudes que cela comporte.

Croyez-vous que Warren Buffett, l’investisseur le plus riche du monde, applique les mêmes stratégies que les autres ? Si on regarde les 40 dernières années, sa performance moyenne est de 29% par an. Et pensez-vous aussi que Donald Trump, le plus célèbre investisseur immobilier de la planète, emploie les mêmes techniques que « Monsieur Tout le Monde » ?

Bien sûr que non. Cependant, ils utilisent deux principes ultra-simples, que vous appliquez chaque jour, mais que vous oubliez j’en suis sûr…

Achetez toujours moins cher que la valeur du marché
Ils savent évaluer la valeur du marché et connaissent la valeur des biens (action, appartement, maison…) qu’ils veulent acquérir. Par exemple, Warren Buffett prendra position lorsque la valeur en Bourse sera bien inférieure à la valeur comptable de l’entreprise qu’il convoite. Donc si vous trouvez des sociétés massacrées avec d’excellents fondamentaux et que celles-ci sont cotées bien en-dessous de leurs valeurs comptables, pourquoi ne pas prendre position sur l’une d’elles au lieu de courir après celles qui font le buzz du moment ?

Financez votre acquisition avec l’argent des autres
J’ai déjà montré en formation les deux graphiques suivants. Ils retracent le parcours de l’action FRANCE TELECOM depuis son introduction. Le premier est dit « sans loyers » (évolution du titre + les dividendes), le second est dit « avec loyers » c’est-à-dire avec les encaissements de primes en plus de l’évolution du titre et des dividendes.

« Sans loyers », 1 000 titres FRANCE TELECOM valait 27 010 euros lors de son introduction et se sont transformés en 28 785 euros en une dizaine d’années. Ce fait du 6,5%… maigre rendement.

En revanche, « avec loyers », les 27 010 euros se sont transformés en 103 555 euros dans le même temps. Cela fait du 283% de rendement. Bien mieux, n’est-ce pas ? Donald Trump par exemple, a d’abord utilisé l’argent des autres (banques, investisseurs, etc.) afin d’acquérir ses premiers appartements. Mais de quoi je parle, quand je parle de loyer en Bourse ? Je suis sûr que vous en avez une idée… mais il s’agit justement de la troisième clé : le savoir-faire, la technique de marché.

Graphique: Acquisitions "avec" et "sans" loyers
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Il ne reste qu’à acquérir la dernière clé, celle du savoir-faire
Le savoir-faire est indispensable pour mettre en pratique les deux autres clés. En effet, vous pouvez avoir une psychologie à toute épreuve et connaître toutes les stratégies mais si vous ne savez pas interpréter correctement un graphique de Bourse ou trouver les valeurs qui vont rapporter, la connaissance et la maîtrise psychologique ne serviront à rien.

Donc avant de lire l’article de demain sur le savoir-faire, regardez-bien la vidéo « 47 000$ en 4 jours », en cliquant ici.

Mots clé : - - -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Un commentaire pour “Les deux premières clés du portail menant à la liberté financière”

  1. […] vous avez lu mon article de mardi dernier, vous savez désormais que ceux qui ne sont pas libres financièrement ne savent pas POURQUOI ils […]

Laissez un commentaire