Les cryptos bientôt victimes de leurs propres excès de plus-values ? | La Bourse au Quotidien


Les cryptos bientôt victimes de leurs propres excès de plus-values ?

Rédigé le 6 avril 2018 par | Bitcoin & cryptomonnaies, Taux & Devises Imprimer

cryptosLes principales cryptos et notamment le Bitcoin et l’Ethereum se retrouvent au bord du gouffre. Rassurez-vous, la zone dangereuse est bien balisée. Mais le parapet ne dépasse pas la hauteur des chevilles à respectivement 6 500 et 365$.

C’est le grand bleu pour les cryptos

Les baleines (les acteurs majeurs qui manipulent à leur guise ces cryptos) connaissent leur job et ne défendent les supports que tant qu’ils peuvent le faire à moindre coût.

Si la pression vendeuse devient trop forte – et le risque existe –, ils lâcheront l’affaire. Et ce sera la plongée vers les abysses. Les baleines gagneront encore bien leur vie en vendant à 3 500$ (pour un Bitcoin) ou 150$ (pour un Ethereum) qui leur revient à zéro depuis longtemps.

Quels sont les risques majeurs de sell-off ?

Et parmi les risques majeurs de sell-off, il y a des échéances fiscales majeures comme la mi-avril aux Etats-Unis. Les ménages américains devront acquitter 92Mds$ de gains imposables réalisés sur les crypto-monnaies en 2017.

Cela représenterait jusqu’à 20% des recettes fiscales sur les valeurs mobilières que percevra le Trésor américain au titre de l’année 2017. Elles ont été majoritairement réalisées par moins de 10% des détenteurs.

Liquidons les cryptos

Cela fait une coquette somme et il n’est pas question, pour les contribuables concernés, de toucher à son portefeuille d’actions pour satisfaire les appétits du FISC. Liquider des cryptos qui n’ont souvent rien coûté (ou pas grand-chose) à ceux qui les ont acquises avant avril 2017 semble un réflexe bien naturel.

Vent de panique à prévoir sur le Bitcoin et l’Ethereum ?

Si les supports moyen terme cassent, un vent de panique pourrait en revanche s’emparer prochainement de ceux qui ont acheté du Bitcoin entre 10 000 et 20 000$ et de l’Ethereum entre 700 et 1 400$.

En fait, c’est à partir de ces niveaux qu’une majorité de néophytes (la vague « Nabilla ») s’est positionnée sur les cryptos et que les capitalisations – le « vrai argent des « vrais gens », ceux qui en ont peu – ont commencé à gonfler exponentiellement. Cela a offert une porte de sortie rêvée aux initiateurs de ce Ponzi géant (et qui détiennent depuis longtemps beaucoup d’argent).

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

2 commentaires pour “Les cryptos bientôt victimes de leurs propres excès de plus-values ?”

  1. Personnellement je n’ ai jamais cru à ces monnaies

    Pour moi une monnaie doit s’adosser sur du concret c’ est à dire sur la puissance économique des Etats qui en garantissent la valeur

    La valeur d’ une action s’ adosse sur une entreprise pour sa capacité à générer de la valeur et un dividende

    Une cryptomonnaie s’ adosse sur l’ idée qu’ on s’ en fait .
    En fait c’ est de la philosophie….par ailleurs contrairement à ce qu’ elles voudraient ou nous faire croire qu’ elles seront leurs cours d’ expriment en euro ou en dollar et non pas l’ inverse …..

  2. Comme vous le dites dans votre propos, les personnes qui ont investi dans les cours les plus élevés (15000 20000 dollars )sont souvent les moins fortunés
    Questions que je n’ ai pas pensé à demander dans mon poste précédent :quel est la « religion » du fisc en matière de moins valus ? sont elle considérées comme des valeurs mobilières et peut on les soustraires des moins values ? cela risque en fait d’ être une perte sèche en capital …..

Laissez un commentaire