Les BTP italiens digèrent la dégradation de Moody’s, mais la suivante les tuera

Rédigé le 22 octobre 2018 par | BCE, Taux & Devises Imprimer

Le vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini (La Ligue, extrême droite) ainsi que Luigi Di Maio, également vice-président du Conseil et ministre du Développement économique, du Travail et des Politiques sociales (Mouvement 5 étoiles, antisystème) ont réaffirmé samedi que leur pays n’a aucune intention d’orchestrer un « Italexit » et d’abandonner l’euro.

Cette déclaration suscite une détente de 13 points de base sur les bons du trésor italien (les BTP) à 3,45%, lesquels du coup n’affichent plus que 300 points de base de « prime » par rapport aux Bunds allemands (c’était plus de 330 points le jeudi 18 au matin).

Cliquez sur le graphique pour l’afficher en grand

Pas (encore) de perspective négative pour la notation de la dette souveraine italienne

Les BTP encaissent remarquablement bien la dégradation de leur notation par Moody’s vendredi soir : le « rating » est abaissé de « Baa2 » à « Baa3 » : c’est le dernier cran avant un basculement en catégorie spéculative (auquel beaucoup s’attendaient déjà vendredi).

Moody’s assortit la note d’une perspective « stable »  en pariant sur une stabilisation de la dette publique au cours des prochaines années, mais avec 1% de croissance face à des déficits en croissance de 2,4% et un risque de voir Bruxelles aller au clash avec Rome, il ne serait pas étonnant que la perspective passe rapidement à « négative ».

Et le gouvernement italien a promis d’expliquer son budget 2019 que la Commission a rejeté : ça passe ou ça casse.

Pas seulement pour l’Italie, mais pour toute l’Europe !

Rejet du budget italien, une situation de crise boursière et obligataire se dessine en Europe

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire