Les Bourses chinoises dévissent

Rédigé le 25 février 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Les Bourses chinoises dévissent complètement, sans signe précurseur, sans pré-alerte technique. Le pétard sournoisement glissé sous la chaise des actionnaires finit par exploser !

Bourses chinoises : elles chutent comme si elles venaient de rater une marche !

Le SSE (Shanghai index) plonge de -6,4%, la Bourse de Shenzhen dévisse de -7,3% et le CSI-300, qui constitue un peu la synthèse des principales places chinoises, affiche -6,15% à 2 918. Ces résultats effacent l’intégralité du terrain gagné depuis le 3 février, à la veille des célébrations du nouvel an lunaire. Le singe de feu aurait-il encore frappé ?

Cette chute est d’autant plus vertigineuse et inattendue que la Banque centrale chinoise (BPOC) a injecté des centaines de milliards d’équivalent dollar dans le système bancaire local au cours des trois dernières semaines.

Et qu’est ce qui fait chuter les indices boursiers, à votre avis ? La crainte d’un resserrement du flot de liquidités déversées par la BPOC ! Elle a déjà injecté l’équivalent de la totalité du QE annuel de la BCE en deux mois. Les opérateurs redoutent que ce rythme ne soit pas tenable !

Non vraiment ?

Et pour achever de paniquer les actionnaires, voilà que ressurgit le vieux serpent de mer d’une libéralisation imminente de conditions d’introduction en Bourse pouvant déboucher sur une pénurie de liquidités.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire