Les banques italiennes font de nouveau trembler les investisseurs | La Bourse au Quotidien


Les banques italiennes font de nouveau trembler les investisseurs

Rédigé le 30 mai 2018 par | Actions, Big caps, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Italie malade de l'europeAlors que Donald Trump était – c’est certes une habitude pour le truculent président américain – sous les feux des projecteurs la semaine dernière, l’actualité politique et financière de ces derniers jours est outrageusement dominée par l’Italie.

Le pays traverse en effet une crise politique majeure depuis que Sergio Mattarella, président de la République que j’aurais personnellement imaginé plus tempéré, ne serait-ce qu’en raison de ses prérogatives plutôt limitées, s’est refusé à nommer Giuseppe Conte président du Conseil. Comme je l’ai écrit hier dans ces colonnes, la doxa européenne a une fois de plus assommé l’euroscepticisme et « chiffonné » le verdict d’un scrutin législatif parce qu’il ne convenait pas à ses intérêts.

L’Europe technocrate et acquise au dogme de l’austérité a sans doute de beaux jours devant elle et, au même titre que Philippe Béchade, je m’interroge sur la propension de Bruxelles à passer en force dès lors que s’exprime majoritairement dans les urnes des velléités contestataires et, tous comptes faits, à nier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Le cas italien n’est pas sans rappeler celui de la Grèce de 2015, quand Alexis Tsipras avait été propulsé à la tête du gouvernement en promouvant un programme dont tout a été fait au plus haut niveau pour qu’il ne soit pas appliqué, et la situation paraît aujourd’hui explosive de l’autre côté des Alpes.

Mario Draghi face au difficultés des banques italiennes

Les regards sont désormais tournés vers Mario Draghi, qui a démontré à la tête de la BCE son aptitude à rassurer les marchés, en jonglant très habilement entre prise de risque et sang-froid, alors que les valeurs bancaires italiennes (qui bénéficient de rachats à bon compte ce mercredi matin) traversent à nouveau une forte zone de turbulence.

Chacun a en tête les créances douteuses qui les ont plombées jusqu’à l’an passé et le vaste plan de sauvetage échafaudé par le gouvernement pour sortir les Monte dei Paschi di Siena et autres Intesa Sanpaolo du marasme. Les banques italiennes font aujourd’hui face à d’autres problèmes, dans un contexte de vives tensions obligataires, et ne peuvent plus compter dans l’immédiat sur une situation politique stable au plan national.

Les inquiétudes les concernant ont aussi rejailli sur les banques françaises, mais comme nous l’explique Gilles Leclerc dans son article du jour, la meilleure des choses à faire dans l’immédiat les concernant est de surveiller les niveaux de support.

Bonne séance à tous… en l’espérant moins éprouvante que celle d’hier,

Guillaume

Secteur bancaire : faut-il s’inquiéter ?

Mots clé : - -

Guillaume Duhamel
Guillaume Duhamel

Guillaume Duhamel suit l’actualité boursière au quotidien depuis plus de 5 ans. Historien diplômé de l’Université de Paris IV-Sorbonne et journaliste de formation, passé également par le sport et le développement durable, il voue un intérêt particulier aux small et midcaps, ainsi qu’aux secteurs de l’énergie et de l’aéronautique

Laissez un commentaire