Les Américains dépensent deux fois plus d’argent qu’ils en gagnent, merci à Wall Street

Rédigé le 31 mai 2018 par | Statistiques et données macro Imprimer

perdre de l'argent CAC40Si l’on devait ne se fier qu’à l’appétit – apparent – de consommation aux Etats-Unis, la hausse de 2,2% du PIB américain enregistrée au premier trimestre (chiffre révisé de +2,3%) n’est que le prélude à une réaccélération en direction des 3% au deuxième trimestre.

Publié tout à l’heure, le chiffre des dépenses des ménages a révélé pour le deuxième mois d’affilée une vigueur inattendue. Celles-ci ont en effet crû de 0,6% en données séquentielles en avril après, déjà, une augmentation de 0,5% le mois précédent (chiffre révisé de +0,4%).

Cette hausse est plus de deux fois supérieure à la croissance moyenne des revenus des ménages depuis 2 mois : +0,3% en avril après une progression de 0,2% le mois précédent.

Le prisme déformant de « l’effet richesse » induit par Wall Street

Plus de dépenses, peu de pouvoir d’achat supplémentaire et 2% d’inflation : ce cocktail détonnant entraîne naturellement une baisse du taux d’épargne de 0,2% à 2,8%, un plancher historique.

Mais qui s’en émeut ?  « L’effet richesse » induit par Wall Street entretient en effet l’illusion que moins on met d’argent de côté, plus il en apparaît sur le compte en banque à la fin du mois…

C’est en effet un mois faste pour Wall Street et en particulier pour le Nasdaq, qui s’est envolé de 4,9% en mai, soit sa deuxième meilleure performance mensuelle de l’année après le bond de 8,5% enregistré en janvier (le Dow Jones ne s’apprécie que de +2%, les banques continuent de peser).

Une journée où il est particulièrement question de l’inflation

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire