Légendes d’automne et crypto-fraudes

Rédigé le 18 septembre 2017 par | A la une, Bitcoin & cryptomonnaies, Taux & Devises Imprimer

C’est le scénario parfait – tellement parfait qu’il est très révélateur de la façon dont les choses fonctionnent et il démontre à quel point les niveaux des marchés sont programmés à l’avance.

Le script algorithmique est tellement précis et l’absence de contestation est telle qu’aucun « fait d’actualité », même majeur, n’arrive à faire dévier les indices de leur trajectoire prédéterminée.

Ainsi, la combinaison d’un tir de missile nord-coréen (prévisible et « déjà vu », ont déclaré de nombreux gérants), d’un attentat à Londres (imprévu, mais « il y en aura d’autres », selon le maire de Londres), d’une série de mauvais indicateurs économiques (pas un pour rattraper l’autre, tous étaient décevants) n’ont pas empêché Wall Street d’afficher une progression uniforme, irréversible, parfaitement calibrée… avec des clôtures au plus haut du jour (« 4 sorcières »), de la semaine (la meilleure depuis fin avril), de l’Histoire.

Légendes d’automne (version 2017)

Désormais, les banques centrales décident d’éradiquer résolument et définitivement le risque et la volatilité : « C’est une nouvelle ère qui s’ouvre et qui ne ressemble à rien de ce que vous avez connu », entend-on sur les médias.

Rangez vos livres d’histoire économique, oubliez vos manuels d’économétrie : place à la nouvelle « nouvelle économie », celle où les cycles de croissance ne s’épuisent jamais !

A l’image du soleil au-delà du cercle arctique qui brille 24h sur 24 au début de l’été et se contente le soir de raser l’horizon, les banques centrales nous offrent l’avènement d’un solstice d’été éternel : faisons-en bon usage et achetons le cœur léger autant d’actifs financiers que nous le pouvons. La devise cardinale des quatre ou cinq prochaines années sera « buy higher, sell higher ».

Mais oui, regardez : le cycle de croissance en Europe vient juste de démarrer à l’été 2016, celui des pays émergents début 2017 (avec la décrue du dollar) : ce cycle semble parti pour durer au minimum 4 ans… et si nous jetons un œil du côté des Etats-Unis, il n’a jamais menacé de s’éteindre depuis 7 ans.

Le monde nouveau s’est accoutumé à l’abondance monétaire procurée par les banques centrales et s’en porte fort bien… et de mieux en mieux !

Dessin "conneries"L’année 2017 marque l’harmonisation planétaire des cycles de croissance, lesquels vont se renforcer les uns les autres au cours des prochains trimestres et des prochaines années. Un rythme de +4% du PIB mondial semble fermement établi à l’horizon 2018… et l’OCDE, le FMI ne cessent de rehausser leurs prévisions au fil des trimestres.

Et il n’y a rien à redouter de l’amorce de réduction du bilan de la Fed puis de la BCE : cela va prendre beaucoup de temps, presque une éternité à l’échelle des marchés.

Et puis, la Bank of Japan n’a aucune intention d’arrêter son QE et la Banque centrale chinoise, depuis janvier, déverse du crédit dans le système financier dans des proportions jamais observées depuis 2009-2010 : les sources de liquidités gratuites se renouvellent donc en permanence et semblent demeurer intarissables.

La nouvelle « nouvelle économie », vous l’avez compris, c’est donc celle de la fausse monnaie éternellement reconnue comme bonne par les marchés. Une fausse mornifle qui atterrira en fait dans les comptes d’épargne retraite des citoyens crédules qui ne comprennent rien à la véritable nature de la monnaie-dette.

Le Bitcoin est-il la solution au conte de fée ?

Il y existe pourtant quelques sceptiques qui pensent que tout cela finira mal et qui font davantage confiance aux crypto-monnaies (Bitcoin, Ethereum, etc.) : le 1er septembre, certains spécialistes écrivaient que le Bitcoin (qui venait de frôler les 5000 $) atteindrait 6 000 $ avant la fin de l’année…

Le 15 septembre, les mêmes priaient à genoux pour qu’il arrête sa chute en piqué sur les 3 000 $: ils ont été exaucés puisque le BTC valait 3 700 $ le soir même. Tiens, 3 700 $, c’est très exactement le double de sa valeur au 16 juillet dernier. C’est aussi un quadruplement par rapport au 27 mars dernier (925 $).

Jamie Dimon a déclaré que le Bitcoin et les crypto-monnaies en général sont une fraude : il s’y connaît en la matière puisque JP-Morgan/Chase est l’un des principaux intervenants sur les Bons du Trésor US. Vous pouvez donc croire sur parole l’un des plus zélés complices du plus grand Ponzi de l’Histoire de l’humanité !

 

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “Légendes d’automne et crypto-fraudes”

  1. Bonjour,

    La chute du prix des minières est tristement remarquable aujourd’hui 18 septembre 2017. Vos prévisions économiques ne se vérifient pas ce qui est alarmant pour vos clients qui ont investi…

Laissez un commentaire