L’économie chinoise ralentit… pendant que sa Bourse atteint des sommets

Rédigé le 8 juin 2015 par | Analyses indices, Toutes les analyses Imprimer

La bourse de Shanghai a pulvérisé ce matin un nouveau record annuel à 5.131Pts : une hausse de +2,1% bien compréhensible vu le plongeon de -18,1% des importations en Chine en mai (7ème mois de contraction consécutive) et la déconfiture des exportations, en recul de -2,8%.

Dans le même temps, les économistes des banques occidentales estiment que les profits des entreprises chinoises se contractent de -10% en moyenne sur les 12 derniers mois écoulés (l’industrie minière et la sidérurgie sont laminées).

Si Shanghai atteint le seuil des +60% depuis le début de l’année, ce n’est rien à côté des +75% de Shenzhen (avec des PER moyens supérieurs à 70).

S’il fallait décerner une palme de l’imbécilité économique au 21ème siècle, les boursicoteurs chinois devraient se voir décerner le trophée… mais ce n’est pas entièrement de leur faute: le gouvernement de Pékin les encourage à se ruer en bourse, à prendre du levier (ce qu’il pourrait interdire du jour au lendemain si la fantaisie lui en prenait)… avec comme justification la possibilité offerte aux entreprises de lever des fond sans s’endetter.

Louable philosophie, sauf que les valorisations sont stratosphériques lors des IPO et les business models sont invérifiables… mais en réalité, 99% de joueurs/parieurs se fichent totalement de savoir ce qu’ils achètent puisque tout grimpe en flèche.

Pékin n’aura aucun scrupule à lessiver les dizaines de millions d’idiots avides (le niveau d’étude des nouveaux entrants est de plus en plus bas, certains sont même analphabètes et savent juste cliquer sur les cases « achat/vente » sur une tablette tactile) qui viennent jouer en bourse comme on remplit une grille de loto ou on mise une pile de jetons au Black Jack.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire