Le Yen, thermomètre de l’aversion au risque

Rédigé le 21 janvier 2016 par | Asiatiques, Indices, sociétés et marchés, Matières Premières, Pétrole, Taux & Devises, USD/JPY Imprimer

Après vous avoir parlé du dollar canadien fin décembre, je voudrais aujourd’hui vous parler du yen car, comme le disais Mathieu, hier « le marché cherche désespérément un refuge ».

En effet, en ces périodes agitées, la devise nipponne est très en vue. Le Yen fait partie de ces actifs qui profitent du moindre signe d’aversion au risque.

Peut-être cela mérite-t-il une petite explication.

En raison de sa déflation persistante et de ses taux bas, le Yen est un parfait support de Carry-Trading. Le carry-Trading consiste à emprunter une devise à taux bas (la vendre) pour investir dans une devise à taux fort (Achat) et ainsi être rémunéré de la différence de taux.

Cette approche a toutefois été très chahutée ces dernières années avec la propagation des politiques monétaires accommodantes et la généralisation des taux bas.

Le Yen : La devise la plus forte !

On n’aurait sans doute pas pensé écrire ça il y a encore quelques années, mais pourtant, sur 1 an, le Yen est bien plus fort que le Dollar US pourtant déjà solide. Avec une hausse de 13,36% depuis le 21 janvier 2015, la tendance est claire et le renforcement du Yen ne fait sans doute que commencer.

160121_force

Sur le graphique ci-dessus, vous pouvez constater la corrélation du Yen (en jaune) avec l’euro (en bleu) qui s’apprécie également dans un contexte d’aversion au risque, à l’opposition avec les devises liées aux matières premières comme le dollar canadien (orange) qui plonge de 7% sur la même période.

Les grosses mains se repositionnent…

Après avoir constaté la force de la devise, il est intéressant de regarder le positionnement des commerciaux, ces grosses mains qui se protègent du risque « devises » et peuvent alimenter une tendance pendant plusieurs mois. Pour cela, on prend le COT (commitment of trader), un indicateur publié et que j’utilise justement pour connaitre les mouvements des acteurs. J’ai expliqué son fonctionnement dans ces articles (ici et ici).

160121_COTJPY

Ces investisseurs, les commerciaux, sont représentés par la ligne rouge du graphique. On voir qu’ils débouclent massivement leurs positions acheteuses et passent désormais nettement vendeurs (symbolisé par le passage sous la zone 0).

En devenant net vendeurs, ils montrent qu’ils se protègent massivement contre une hausse de la devise. Cela signifie que le risque haussier est dominant. C’est la première fois que cela survient depuis octobre 2012.

Sachant cela, nous allons pouvoir nous positionner.

USDJPY : Profitez d’un rebond pour vendre !

La paire USDJPY a progressé de plus de plus de 68% depuis novembre 2001, où elle cotait alors 75 yens pour 1 dollar. Après un point haut à 126, la rupture de la zone à 122.50/120 est un signal de retournement potentiel.

L’aversion au risque et la volatilité devraient rester pour un bon moment sur les marchés et soutenir la devise japonaise. En même temps, la réaction de la BoJ, qui a déjà fait savoir qu’elle surveillait de près le marché des changes alors même que les mesures restent inefficaces pour remonter le niveau de l’inflation, devrait rester sans effet à moyen terme sur la tendance qui se dessine.

Toutefois, après une chute déjà conséquente ces dernières semaines, je vous invite à patienter pour un retour vers 118.40 puis 120.50 pour initier de nouvelles positions vendeuses. L’invalidation se situe à 126 et l’objectif sera dans un premier temps à 110.25.

Mots clé : - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire