Le trade le plus évident de toute l’histoire de la finance

Rédigé le 12 avril 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Par Tres Knippa, chroniqueur spécialisé pour Intelligence Stratégique

Question : Parieriez-vous pour ou contre l’action d’une société qui :

  1. Dégage 50 000$ de revenus chaque année mais dépense 100 000$…
  2. Paye 25 000$ d’intérêts par an pour des emprunts lui permettant tout juste de ne pas mettre la clé sous la porte. Et…
  3. Dont la plupart des salariés peuvent partir à la retraite à tout moment et dont le système ne prévoit pas le remplacement.

Si vous avez répondu « je parie contre », alors je vous félicite ! Cette société va faire faillite d’un jour à l’autre. Un pari contre ce type d’action devrait vous transformer un désastre financier en gain considérable.

C’est bien dommage qu’on ne puisse réaliser un trade aussi évident sur les marchés, actuellement, non ?

Faux.

La situation que je viens de vous décrire existe à l’heure actuelle. Et vous pouvez… vous devez… parier contre dès maintenant.

Il ne s’agit pas d’une société mais d’un état souverain… mais la situation est exactement la même. Il dépense plus d’argent qu’il n’en gagne. Le service de sa dette est insoutenable. Et ses salariés sont tous sur le point de partir à la retraite.

Il s’agit du Japon. Et je suis persuadé que l’on peut réaliser des profits en pariant contre ce pays d’une certaine façon.

Le widowmaker revisité

Le gouvernement japonais dépense deux fois le montant de ses recettes fiscales. Et la moitié de ces dernières sert à régler les intérêts de sa dette publique, laquelle représente 250% de son PIB.

Comment est-ce soutenable ? Et comment se fait-il que la dette japonaise n’ait pas été dégradée par toutes les agences de notation sans exception ? Les réponses sont simples :

  1. Ce n’est pas soutenable.
  2. Le Japon ne remboursera jamais l’encours de sa dette. Et d’ailleurs, la note souveraine du Japon a été dégradée plusieurs fois au cours de ces dernières années.

Si vous raisonnez en banquier, alors vous vous attendez à ce que les coûts d’emprunt du Japon augmentent à mesure que ces agences dégradent sa note souveraine. C’est ce à quoi se sont attendus nombre de traders. Mais au cours de ces six dernières années, il s’est produit exactement le contraire. Les taux d’intérêt japonais ont chuté alors même que sa note de crédit et son environnement budgétaire s’aggravaient sans cesse.

Les investisseurs qui ont parié contre la dette publique japonaise ont perdu énormément d’argent pendant longtemps. Voilà pourquoi tout pari contre la dette publique japonaise se voit qualifier de widowmaker (littéralement, « faiseur de veuve ») : les traders y ont « laissé leur peau ».

Mais il existe une bien meilleure façon de « parier contre le Japon », et bien plus simple que de shorter la dette japonaise. Cela s’apparente vraiment à un pari financier gagné d’avance, comme on en voit rarement.

Ce trade s’appuie sur l’organe financier le plus puissant d’Asie

Le 3 avril 2013, Haruhiko Kuroda, à la tête de la Banque du Japon, a annoncé qu’il doublerait la masse monétaire existante afin de donner une impulsion à la croissance et à l’inflation.

Comment la Banque du Japon a-t-elle pu doubler sa masse monétaire ? Et où sont partis ces yens, exactement ? La réponse est simple…

La Banque du Japon a procédé à une expansion de sa masse monétaire en achetant des obligations émises par l’Etat japonais. A mesure que les obligations japonaises sont demandées et achetées par la Banque du Japon, leur prix augmente et le taux d’intérêt qu’elles rapportent baisse. A présent, vous comprenez pourquoi les paris effectués contre ces obligations n’ont pas fonctionné, alors même que la note souveraine japonaise se dégradait ?

La Banque du Japon a acheté presque toutes les obligations d’état japonaises émises avec de l’argent fraichement imprimé, jusqu’à présent. Par rapport à la dimension de l’économie japonaise, il s’agit de la plus vaste expérimentation monétaire jamais enregistrée dans l’histoire de l’humanité. Voilà pourquoi les taux d’intérêt japonais ont baissé alors même que la situation financière du pays est insoutenable.

160412_BoJ

Actifs de la Banque du Japon

L’état japonais continue d’emprunter de l’argent qu’il n’a pas et fait fi de toute restriction sur les dépenses et aucun investisseur sain d’esprit n’achète les obligations japonaises. C’est la Banque du Japon qui comble ce vide.

Cela provoque une boucle de rétroaction. Un accroissement de l’endettement signifie que la masse monétaire japonaise va continuer d’augmenter à mesure que la Banque du Japon poursuivra ses achats d’obligations avec de l’argent fraichement imprimé. Cette situation n’a aucune chance de changer.

Voilà pourquoi ce widowmaker a eu la peau de tant de traders. Mais l’erreur commise par ces derniers, c’est d’être allé contre la Banque du Japon et d’avoir parié contre les obligations japonaises. A la place, il vaudrait mieux parier contre la devise japonaise : le yen. Comment faire ? C’est le trade que nous avons proposé ce mois-ci aux lecteurs d’Intelligence Stratégique. Voici en deux mots en quoi il consiste.

Vous en conviendrez, la masse monétaire du yen va continuer de s’accroitre, à l’avenir, non ? La meilleure façon de procéder, c’est via l’or. Et comme par hasard, j’ai trouvé un excellent investissement sur l’or. D’abord, vous devez savoir une chose :

Lorsqu’une devise baisse, le cours de l’or exprimé dans cette devise augmente, lui.

Jim nous a déjà expliqué la chose suivante : « Chaque fois que l’on me demande si l’or augmente ou baisse, ma réponse est la suivante : comparé à quoi ? »

Gardez cela à l’esprit et imaginez-vous en train de réaliser une transaction classique sur l’or. Vous allez chez votre négociant habituel et vous remettez des euros au vendeur. En contrepartie, le négociant vous remet des pièces ou des lingots d’or. Vous venez d’acheter de l’or en euros.

Tout autour du monde, les investisseurs font quelque chose de semblable… sauf qu’un Américain va régler son or en dollars et un Russe en roubles. Mais rien ne force personne à acheter de l’or dans sa monnaie nationale. Vous pouvez également acheter de l’or dans une devise étrangère. La voilà notre opportunité. Remémorez-vous ce qu’a dit Jim, à propos de l’or qui augmente ou bien baisse…

Si la Banque du Japon continue d’imprimer des yens afin d’acheter des obligations japonaises, la valeur du yen va chuter encore plus. A mesure que la valeur du yen chutera, le cours de l’or en yens augmentera de plus en plus.

Il est raisonnable de penser que vous pourrez dégager plus de profits en détenant de l’or libellé en yens qu’en euros. Si l’or augmente, vous réalisez un profit. Si le yen baisse, vous réalisez un profit. Deux éventualités très probables.

Mots clé : -

Laissez un commentaire