Le son du canon est révolu, vive le son des violons !

Rédigé le 15 juillet 2008 par | Autres indices Imprimer

A l’aube de cet été 2008, vient le moment de faire un point sur la météo des marchés sur les principales places boursières d’Europe et d’outre-Atlantique. Ce point, nous ne le faisons pas « pour faire un point » ni parce que c’est l’été… mais bel et bien parce que la configuration nous semble fort intéressante — si tant est qu’elle puisse l’être dans des marchés en berne — puisqu’elle promet de très bonnes opportunités à venir.

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? C’est en effet avec une frappante similitude que nous pouvons sans hésiter faire un rapprochement entre les indices européens et américains. Car, si les indices majeurs présentent (heureusement) quelques divergences au sein d’une tendance de fond, ils finissent toujours par s’accorder lors des retournements cruciaux. On parlera, par exemple en Europe, de la fameuse reprise de mars 2003 ou du retournement de juillet 2007.

La configuration graphique milite pour un rebond Schématisons la configuration graphique de base sur l’ensemble des marchés. Après une phase haussière importante de plusieurs années, nous nous trouvons au coeur d’une violente correction depuis environ un an. Deux hypothèses très claires s’offrent alors à nous :

– cette première forte vague corrective touche à sa fin. Aussi, un rebond technique très conséquent est à envisager : je prévois entre 25 et 30% sur le CAC40 ;

– le scénario se corse, et la chute se poursuit sans véritable sursis, à l’image du vif déclin de 2000 à 2003. Dans ce cas, je ne vois vraiment pas ce qui empêcherait un retour sur les 2 400 pts, dans un premier temps.

Je pencherais pour ma part pour la solution – sensiblement– plus optimiste. Mais l’ours (bear, en anglais, désignant le marché baissier) est féroce, et je ne vendrai pas sa peau pour autant car il sera coriace à tuer.

Le cas européen : un potentiel de baisse limité à 3 840 pts (pour commencer) Uniformément, la hausse avait eu lieu entre mars 2003 et juillet 2007. Depuis, les indices européens et particulièrement le CAC40 et l’Eurostoxx 50 présentent une phase de baisse en 5 temps classiques, dont le cinquième et dernier (?) temps est en cours actuellement. La marge vers le bas est désormais relativement limitée, si je souhaite pouvoir envisager mon scénario de rebond privilégié. Voici donc un graphique du CAC40 :

DJ STOXX 600 Santé

En rose sur le graphique, c’est la « zone de tolérance » au sein de laquelle nous espérons encore le fameux rebond. Dans le cas présent, notre support clé se situe autour des 3 840 pts. Ce niveau correspond en effet à la fois au niveau de « l’overlap » d’avril 2004 (ancien palier de résistance horizontal devenu support), à la fois au retracement traditionnel de Fibonacci de 61,8% de toute la hausse précitée, et à la fois à la projection de 100% de la dernière vague de baisse (qui avait eu lieu d’octobre 2007 à mars dernier) reportée au sommet de mai dernier.

Autrement dit, ce niveau est techniquement extrêmement important. En appliquant les mêmes méthodes de calcul, on obtient un support-clé sur l’Eurostoxx 50 situé autour des 2 960 pts. Grosso modo donc, la marge dont nous parlons se situe entre 8 à 10% plus bas selon les indices.

Le cas américain Ici, la situation est similaire, avec les quelques légères différences suivantes : la hausse avait eu lieu durant 5 ans, entre les mois d’octobre 2002 et 2007 ; la chute initiée depuis prend place non pas en 5 mais en 3 temps ; la marge de manoeuvre à la baisse est plus aléatoire, puisqu’elle va de 5% pour le Dow Jones (10 700 pts) à 15% sur le Nasdaq (1 520 pts).

En conclusion : préparez-vous à jouer le rebond Le son des violons continue de se faire entendre dans l’immédiat, et les « zones de tolérance » avant un rebond technique envisageable et envisagé se réduisent à vue d’oeil. Si celles-ci arrivent à jouer leur rôle et à contenir les pressions vendeuses, vous pourrez alors acheter au moindre son de canon manifeste.

En revanche, dans le cas contraire, il est fort à craindre que nous entrions dans de longs mois douloureux, et que les sanglots longs des violons persistent bien au-delà de l’automne. En d’autres termes : tous aux abris, c’est la descente aux enfers — mais l’occasion aussi de faire des gains importants via, par exemples, des turbos put adaptés ! Et vous pouvez compter sur moi pour vous tenir informé…

Mots clé : - - - - -

marc-dagher
marc-dagher

Laissez un commentaire