Le sentiment des investisseurs sur l’or au plus bas

Rédigé le 26 avril 2012 par | Matières Premières, VIX Imprimer

LE 22 JUIN : UN RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE POUR VOTRE ARGENT

Une journée entièrement consacrée à votre patrimoine… animée par nos meilleurs spécialistes sur le sujet… abordant des thèmes comme la fiscalité, l’art, l’assurance-vie, l’immobilier…

Venez assister à nos conférences, poser vos questions en direct, échanger avec nos intervenants… et donner une nouvelle dimension à votre épargne !

Tous les détails sont ici…

Depuis la fin de l’été dernier, les discours pessimistes sur l’avenir du prix de l’or se succèdent semaine après semaine. Avant cette date nous avions eu droit à de grands développements sur « la bulle de l’or ». Depuis, ces mêmes oracles nous gratifient de leurs réflexions sur la fin d’une « hausse de 10 ans ».

La hausse des métaux précieux a mis plusieurs années avant de capter l’attention des médias dits « grand public ». Pour ma part, je n’ai pas lu ou entendu un seul média, à part les Publications Agora depuis plus de 10 ans, écrire ou parler de façon positive des métaux précieux ni en parler comme on parle des autres actifs financiers, c’est-à-dire sans ironie ou sous-entendu moqueur. A chaque fois ce sont les mêmes clichés qui nous sont servis : un actif qui ne rapporte rien, l’image de Picsou sur son tas d’or ou bien encore le portrait d’un investisseur recrocquevillé sur lui-même, rétrograde et déconnecté des choses de ce monde. Cerise su le gâteau, ces médias nous abreuvent de cotations en dollar américain, ce qui nous fait une belle jambe à nous autres qui peinons à gagner notre vie en euro. La LBMA (London Bullion Market Association) seule place de cotation de l’or physique, affiche deux fois par jour des cotations en dollar, livre sterling et euro).

A l’évidence, le sentiment général n’est pas celui d’une foule en adoration devant ce type d’actif financier. La situation est loin d’être semblable à celle des années folles des valeurs technologiques –  voire des années de folie immobilière. Le sondage dévoilé par AUCOFFRE.COM le mois dernier l’illustre parfaitement :

  • d’un côté, 84% des personnes attribuent à l’or la qualité d’être une valeur de refuge et 77% confirment que c’est un produit sûr en période de crise ;
  • mais, de l’autre côté, seulement 51% sont disposés à épargner pour acheter de l’or et autant estiment que le moment est venu de vendre son or alors que le même pourcentage (54% plus ou moins 3%) pense qu’il est l’heure d’en acheter !

A défaut d’avoir pu connaître le pourcentage de personnes déjà en possession de métaux précieux, ce sondage confirme que la foule, dans sa grande majorité, n’est pas encore passée à l’acte (d’achat) et reste pour le moment dans l’expectative voire la contradiction (affirmant d’un côté que l’or est une valeur refuge en temps de crise et, de l’autre, affichant une position neutre quant à l’achat alors que la crise bat son plein).

Ceci s’explique assez facilement.

En effet, le vrai problème que rencontrent aujourd’hui les Français (mais ce n’est pas qu’un problème français) n’est pas de se constituer une épargne mais de puiser dans son épargne pour boucler ses fins de mois.

Comme moi, vous avez vu, ces deux dernières années, sortir de terre une ribambelle d’officines de rachat d’or (j’ai constaté le début du phénomène aux Etats-Unis début 2008). Leur promotion est principalement tournée, non pas vers la vente d’or aux particuliers, ce qui aurait pu apporter de l’eau au moulin des partisans de la bulle spéculative – mais vers l’achat des bijoux et des précieux Napoléon du bas de laine des Français. S’il y a autant de publicité et de boutiques qui s’ouvrent pour collecter le magot des Français, c’est que les clients ne manquent pas (et que c’est encore le moment d’acheter de l’or).

Malheureusement ? Oui, car ce sont des personnes en proie aux mêmes difficultés qui ont poussé la porte du Crédit municipal de Paris et font dire à son directeur général que les dépôts en gages sont aujourd’hui au niveau « le plus élevé observé depuis 1970 ». En un an, les dépôts y ont augmenté de 37% en nombre et de 73% en valeur. Entre 2007 et 2011 le montant des prêts accordés par le Crédit municipal de Paris est passé de 30 à 76 millions d’euros. Ces éléments traduisent donc la réalité de la détérioration du pouvoir d’achat ressentie par chacun d’entre nous et étrangement ignorée par les statisticiens officiels. Ils annoncent une future bulle du prix de l’or mais en aucun cas ne présument d’un quelconque éclatement prochain d’une soi-disante bulle actuelle.

Dans le petit monde des investisseurs la morosité sur le front des métaux précieux est aussi négative.

Mesuré par divers indices, le sentiment des investisseurs vis-à-vis des métaux précieux est au plus bas. Le Ned Davis Research Gold Sentiment Composite est actuellement sous 15%, le niveau qu’il avait atteint en novembre 2008. Cet indicateur marque un sentiment négatif sous 35% et positif au-dessus de 65%. Cet indicateur avait atteint un pic d’extrême optimisme à 85% à l’automne 2011.

Graphique: GOLD FUTURES
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Dans la même veine, l’indice Hulbert Newsletter Gold Sentiment est aujourd’hui sous 20% après un maximum atteint mi-2011 à 70%. Et c’est le même constat pour le Market Vane Bullish Consensus ou l’indice Bernstein’s Daily Sentiment.

Ces indicateurs sont construits majoritairement à partir de la compilation des positions vis-à-vis des métaux précieux publiées régulièrement par les auteurs de différentes revues et lettres de conseils. Ils ont tous des historiques très fortement corrélés avec les variations du prix de l’or.

En traduisant l’extrême niveau de désintérêt actuel des investisseurs pour le métal jaune, ils nous envoient donc un message parfaitement clair : achetez !

Ndlr : Yannick est en charge de la partie OR de Vos Finances, une lettre d’investissement de long terme, qui allie stratégie de protection et de rendements. Dans une optique patrimoniale, sereine, tranquille, Yannick analyse chaque mois les fondamentaux du marché de l’or et vous dit comment en profiter. Pour compléter votre portefeuille boursier par de l’investissement en or, continuez votre lecture.

Mots clé : - - -

Yannick Colleu
Yannick Colleu
Ingénieur

Yannick Colleu, de formation Ingénieur et IAE de Paris, est l’auteur d’un guide reconnu sur l’investissement aurifère : Guide d’investissement sur le marché de l’or (éditions Gualino – 2008). Il a également signé l’ouvrage Investir dans les métaux précieux- Le guide complet  aux éditions Eyrolles (2014).
En phase avec les grandes idées d’investissement des Publications Agora, il intervient régulièrement dans nos chroniques et lors de nos conférences. Spécialiste des métaux précieux, Yannick Colleu est notamment rédacteur de la rubrique « Le coin du physique » de Crise, Or & Opportunités

Un commentaire pour “Le sentiment des investisseurs sur l’or au plus bas”

  1. Acheter et vendre de l’or est toujours un investissement intelligent et maintenant avancer dans la technologie c’est plus facile pour les clients dans le traitement de l’or et l’argent, en donnant une option de sites comme eBay où en ligne le traitement peut être fait.

Laissez un commentaire