Le QE fait des heureux

Rédigé le 18 mars 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La décision prise par la Banque centrale européenne jeudi 10 mars d’accentuer son programme de rachats d’actifs de 60 à 80 M€ par mois en baissant encore son principal taux directeur continue à faire des heureux.

En effet, cette politique maintient entre autres les taux longs à un niveau très bas…

Le 10 ans allemand offre un rendement de 0,24% tandis que le 10 ans français, certes deux fois plus cher,  mais offre un rendement de 0,50% à 10 ans. Cela extrêmement attrayant pour la France, dont la charge de la dette (le remboursement des intérêts) baisse mécaniquement.

Mais cette baisse des taux est également une très bonne nouvelle pour les grandes entreprises qui peuvent ainsi continuer de se financer à des conditions idéales.

Le crédit est désormais quasiment gratuit pour certains groupes, même si leur notation n’est pas exceptionnelle. Prenons par exemple le cas de Faurecia (FR0000121147). En dépit d’une notation crédit encore assez basse (Ba2 chez Moody’s, soit une note en catégorie spéculative), la société a réussi une émission obligataire de 700 Mns€ sur 6 ans… pour un coupon de 3,625%. Un ami d’une grande salle de marché m’a avoué que l’opération s’est placée comme une lettre à la poste, compte tenu du coupon proposé et d’une forte demande des investisseurs institutionnels.

Si les taux avaient été plus élevés, nul doute que Faurecia aurait du verser un coupon bien plus important, autour des 5%. Une aubaine donc pour le groupe qui profite des taux bas pour pouvoir se financer à un taux qu’elle n’aurait jamais pu proposer avec sa notation actuelle.

D’autres émetteurs sont encore mieux lotis, car leur situation financière est encore plus saine. Valeo (FR0000130338), l’‘équipementier automobile , vient de placer 600 Mns€ à 10 ans avec un coupon de 1,625% ! Rendez-vous compte ! Ça veut dire que la société rembourse sur cet emprunt 9,8 Mns€ par an… Une goutte d’eau quand on sait que Valeo a dégagé l’an dernier un résultat opérationnel de 1,1 M€.

Il faut bien comprendre que tout cet argent obtenu à des conditions extrêmement favorables devrait permettre à certaines entreprises d’accélérer leur développement et leurs investissements.

Plus besoin de lever de l’argent via les marchés actions au prix souvent d’une forte dilution et des notes d’opération très contraignantes quand on peut l’obtenir à des prix défiant toute concurrence et rapidement sur les marchés obligataires.  D’autres opérations sont imminentes, accréditant l’idée que ce mouvement risque de perdurer.

Il faudra certes rembourser… mais pour l’instant qui s’en soucie ? Qui se soucie des perspectives de croissance quand on a de l’argent en plus, quasi gratuit… ?

Mots clé : - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire