Le psychodrame politique des péages autoroutiers reprend !

Rédigé le 1 décembre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Aujourd’hui, Vinci (FR0000125486 DG) et Eiffage (FR0000130452 FGR) ont prévenu les marchés et les usagers d’autoroutes de leur intention d’augmenter de plus de 1% les tarifs des péages en 2016… alors que l’inflation est officiellement de 0% et que la masse salariale s’est nettement réduite avec l’automatisation du paiement et la quasi-disparition du personnel chargé de collecter les espèces.

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, y oppose le même veto que l’an passé (« excluant » une telle augmentation) tandis que Bercy rappelle que ce n’est pas l’état qui fixe les tarifs et qu’il faut « appliquer » ce qui figure dans les contrats signés avec les concessionnaires (c’est cela qui caractérise un état de droit).

Certains contrats date parfois de plusieurs décennies, moyennant la possibilité de négocier des avenants à des dates prédéterminées.

Sinon, l’État devra dénoncer les contrats et payer les pénalités prévues en cas de rupture unilatérale.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire