La Bourse au quotidien

Analyses et conseils boursiers indépendants

Le présage d’Hindenburg fait encore des siennes

Par Mathieu Lebrun28 Oct 2016

En cette fin de semaine, le marché attend avec impatience les premiers chiffres de la croissance américaine au 3e trimestre. Impatience… et même fébrilité sur fond d’une microéconomie encore très hétérogène. Je m’explique :

Hier soir en after-hours, Alphabet (US02079K1079) et Amazon (US0231351067) ont publié leurs trimestriels. Si le premier a annoncé des chiffres supérieurs aux attentes, on notera toutefois que certains indicateurs clés du secteur, comme le « coût par clic » (montant payé par les annonceurs) est ressorti en baisse de 11% (contre -5/7% attendu en moyenne par les analystes), ont déçu. D’où la hausse « contenue » du titre en after-hours. Au moment où je rédige ces lignes, le titre n’est attendu qu’en progression d’à peine 1%.

Pour Amazon, la séance s’annonce compliquée cet après-midi à Wall Street. Le titre est attendu en baisse de 5% alors que ses prévisions de fin d’année ont déçu.

En Europe, la grande « dispersion » des réactions boursières aux trimestriels se poursuit. La divergence que j’évoquais vendredi dernier pour mes abonnés d’Agora Trading (à lire ici) se confirme séance après séance :

Mercredi, Kering (FR0000121485) flambait alors que Capgemini (FR0000125338) plongeait.

Hier, nouveau grand écart au sein du secteur technologique avec, d’un côté, l’envolée de STMicroelectronics (NL0000226223) et, de l’autre, le plongeon de Nokia (FI0009000681).

Aujourd’hui, Eutelsat Communications (FR0010221234) flambait de près de 10% en matinée au-dessus des 19 € après avoir publié des trimestriels un peu meilleurs que prévu, et confirmé ses objectifs annuels.

Idem pour Alten (FR0000071946) qui bondissait de plus de 8% au-dessus des 63 €, après avoir enregistré une forte croissance de son activité au 3e trimestre. En outre, la SSII table désormais sur une accélération de sa croissance organique à plus de 5,5% en 2016.

Même euphorie sur Sanofi-Aventis (FR0000120578) qui prenait la tête des hausses du CAC, en bondissant de 6% vers les 73 €. Le groupe pharmaceutique a relevé ses prévisions annuelles après un 3e trimestre supérieur aux attentes.

Il n’est pas question ici de petits mouvements, de réactions mesurées, mais bien de flambées d’au moins 5%. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu le géant pharmaceutique (titre à faible béta) bondir de la sorte…

A l’inverse, en cas de déception, la sanction est violente :

Je pense par exemple à Gemalto (NL0000400653) qui plongeait de plus de 12% sous les 50 € ce matin après avoir réduit ses objectifs 2017.

Même sanction sur Imerys (FR0000120859), qui chutait de plus de 8% sous les 63 € après l’annonce d’une nouvelle baisse de ses ventes au 3e trimestre, sur une tendance qui ne s’améliore pas (recul de 2,5% en organique à comparer à une baisse de 2,2% du CA sur le 1er semestre).

Trouvez-vous cela sain ? Personnellement, non, absolument pas.

A mon humble avis, plus le temps passe et plus certains parallèles avec le présage d’Hindenburg se renforcent. Je pense tout particulièrement aux fortes amplitudes journalières, dans les deux sens, avec des titres inscrivant des plus hauts et bas de 52 semaines en simultanée.

Cette hétérogénéité est loin de caractériser un marché sain.

A cela, il faut ajouter la sous-performance d’indices qui jouent souvent le rôle d’indicateurs avancés, comme le Dow Transport ou encore l’indice des mid caps américaines, le Russel 2000.

Enfin, des niveaux clés pourraient bien être à risque en cette fin de semaine, tel l’important niveau d’overlap des 2 120 points sur le S&P 500. Etant donné la compression actuelle en triangle, la prudence est de mise car, en cas de sortie, cela pourrait aller assez vite… Et si vous voulez saisir la vague au bon moment, rendez-vous dans Agora Trading.

Le CAC 40 joue toujours avec nos nerfs, et avec le support des 4 495 points

En attendant le PIB américain, le CAC évolue de manière hésitante, malgré tout soutenu par la bonne orientation du poids lourd Sanofi-Aventis.

Graphiquement, on continuera à mettre sous surveillance la zone horizontale clé des 4 495 points (visible en rectangle rosé).

cac2710166

En effet, en cas de rupture, une accélération des dégagements serait à craindre vers la zone de gap du 18 octobre (région des 4 465/4 480 points, indiqué par le cercle rosé sur le graphique).

A la hausse, le franchissement des 4 555 points permettrait d’envisager une poursuite de la progression vers les plus hauts de lundi matin, voire vers les sommets annuels en cas d’extension.

photo auteur

Mathieu Lebrun

Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

Voir les articles de Mathieu Lebrun

Infos Bourse, News & Opportunités

Suivez nous sur Facebook

Retour en haut

Si vous souhaitez recevoir des informations en exclusivité sur les IPO, OPA, augmentations de capital et autres opérations financières des partenaires de La Bourse Au Quotidien, inscrivez-vous ici :