Le PMI chinois ne se porte pas mieux que celui de la Zone euro

Rédigé le 23 avril 2015 par | Statistiques et données macro, Toutes les analyses Imprimer

HSBC calcule chaque mois un PMI concernant la Chine (il est considéré plus crédible que celui communiqué par Pékin) et celui du mois d’avril confirme le ralentissement de l’expansion de l’économie chinoise : le score s’établit à 49,2 contre 49,6.

À 49,6 on pouvait encore croire à une incursion accidentelle sous le seuil technique des 50 (et invoquer la pause du nouvel an chinois, une baisse ponctuelle de la demande de pétrole pour cause de stocks pléthoriques…), mais à 49,2, c’est bien la preuve que la croissance patine.

Pour ceux qui n’auraient pas une absolue confiance dans les méthodes de calcul d’HSBC, il y a aussi les chiffres officiels de la PBoC (banque centrale chinoise) : l’ensemble des crédits consacrés aux investissements dans l’économie réelle sont tombés à 1.180 Mds de yuans en mars 2015 et 4.610 Mds sur l’ensemble du premier trimestre échu, contre 5.600 Mds de Yuan à fin mars 2014.

Cela représente une chute de -18%, ce qui signifie que le dernier assouplissement des réserves obligatoires, s’il est intégralement converti en nouveaux crédits, permettra juste de retracer les niveaux d’avril 2014.

Vu les premiers résultats du QE de la BCE − en termes de PMI en Europe −, Pékin va y réfléchir à deux fois avant de donner satisfaction aux marchés… qui sont déjà en situation de bulle avancée : +100% de hausse des actions en 1 an tandis que la croissance recule de 1 point dans l’intervalle (plus la conjoncture va mal, plus la bourse chinoise se porte bien).

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire