Le marché passe-t-il Long Europe / Short US ?

Rédigé le 29 janvier 2015 par | Analyses indices, Autres indices, Big caps, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses, US, VIX Imprimer

Après la BCE la semaine dernière, c’est sur la microéconomie américaine que se focalise l’attention du marché. Depuis quelques jours, et jusqu’à la semaine prochaine, les gros noms de la cote américaine publient leurs résultats trimestriels ainsi que leurs perspectives pour 2015. A ce stade et pour vous le dire sans détour, aucuns de ces résultats ne m’a vraiment emballé. Loin de là.

Après UPS qui avait averti le marché en fin de semaine dernière, on retiendra que ce début de semaine n’aura guère été encourageant.  Ainsi, de Caterpillar à Procter & Gamble, en passant par le chimiste Dupont, le message est globalement le même : les perspectives 2015 sont assez faibles, voire décevantes, avec notamment le « risque dollar » qui est mis en avant par de nombreux acteurs.

Les technos commencent à inquiéter

Même son de cloche chez les  « technos », avec notamment Microsoft qui a vu son titre plonger mardi, ce qui traduit bien la déception des investisseurs. De même, les configurations graphiques d’un bon nombre d’acteurs technos me semblent désormais dégradées ou à risque. Regardez par exemple Microsoft qui, après son plongeon, sort par le bas d’un canal ascendant en place depuis plusieurs mois.

Microsoft au 28  janvier 2015

Microsoft au 28 janvier 2015

 Par effet de ricochet, nous avons également la configuration d’Intel qui s’est nettement dégradée mardi avec la sortie par le bas, en gap, d’une ancienne phase de consolidation en triangle

Intel au 28 janvier

Intel au 28 janvier 2015

Je vous invite donc à surveiller le Nasdaq. Pour le composite, on parle d’un support autour des 4550 points. Pour le Nasdaq 100, visible ci-dessous, la zone-clef est sur les 4090 points (cf. cercles rosés). 

Nasdaq au 28 janvier

Si on casse ces niveaux, les choses risquent de se compliquer pour les marchés US dans les semaines à venir. En parallèle, on pourra surveiller la zone des 20/21% sur le VIX. Comme vous le voyez sur le graphique ci-dessous, il s’agit du point de contact avec une oblique descendante qui coiffe l’indice de la peur depuis octobre.

VIX au 28 janvier

Et, comme le graphique ci-dessus le montre, nous avons trois beaux points de contact (et qui plus est « propres », techniquement parlant), visibles en cercles rosés. Or, si on doit revenir en zone haute, il faudra être prudent. Car après plusieurs échecs, par le jeu traditionnel des stops on risque d’avoir un effet d’emballement en cas de franchissement de cette résistance descendante.

Auquel cas, cela viendrait d’ailleurs corroborer le constat posé  hier matin même par mon collègue Gilles sur la situation du Dow Jones.

Quelques heures après l’écriture de ces lignes (mercredi), on devrait connaître un répit après la parution des comptes d’Apple ou  de Boeing, qu’on s’attend à saluer. Mais quid de la suite ? Surtout qu’elle concernera encore de gros acteurs technologiques. Ainsi, outre Facebook (publication des résultats ce mercredi soir après clôture, je ne connais pas encore leur teneur à l’heure où je termine ce billet), on aura ce jeudi soir en after hour, des noms comme Google ou Amazon qui publieront leurs comptes. Or, regardez la configuration d’Amazon par exemple : un large triangle descendant, en place depuis plusieurs semaines, avec un sens d’entrée en figure à la baisse. 

Amazon au 28 janvier

Amazon au 28 janvier 2015

Y aurait-il, là aussi, un risque de déception en perspective ? Comme pour Microsoft en bas de canal, prenez ici garde au bas de triangle…

Plus largement, et en guise de synthèse, étant donné le rôle souvent leader du secteur technologique US, je me demande si nous ne voyons pas là les prémisses d’une dégradation à plus long terme.

Certes, c’est peut-être un peu prématuré pour l’affirmer (il nous faudra notamment suivre la publication du PIB vendredi prochain). Cependant, gardons  en tête que, après les récentes années de surperformances des indices US (Nasdaq en tête) et les annonces de la BCE jeudi dernier, la politique accommodante se fait désormais en Europe : la donne a peut-être changé.

Les fonds ont légitimement commencé à changer leur fusil d’épaule en sortant des États-Unis (qui sous-performent depuis le début de l’année) pour se replacer en Europe (qui, comme l’atteste l’accélération de la semaine dernière, surperforment nettement leurs pairs US depuis le 1er janvier).

S’agirait-il là d’un long Europe/Short Etats-Unis voué à durer dans les semaines à venir ?

Mots clé : - - - - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire