Le marché n’entend que ce qu’il veut entendre

Rédigé le 9 janvier 2015 par | Cac 40, Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Après l’accès d’hystérie haussière de jeudi, Benoit Coeuré, membre français du conseil de la BCE, tente depuis hier soir de calmer le jeu en affirmant qu’il est trop tôt pour mettre en place un « QE », d’autant plus que l’Europe n’est pas en déflation.

Les marchés n’y croient pas vraiment… d’autant plus que la « rumeur » d’un « geste fort » de la BCE circulait depuis mercredi soir.

Pourquoi la démentir seulement une fois que les marchés se sont envolés de +3,6% (plus fort hausse depuis le 26/07/2012… mais sans aucune promesse concrète de la BCE) ?

Au jeu des « petites phrases », nos banquier centraux devraient savoir que le marché n’entend que celles qui riment avec « le prochain shoot de drogue monétaire est imminent », ou alors « mais non, nous n’allons par arrêter d’injecter massivement ».

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire