Le marché du travail US va peut-être bien… mais statistiquement, il va trop bien

Rédigé le 3 mai 2018 par | Statistiques et données macro, Trading, Bourse Imprimer

chômageTout se passe comme si deux lignes de défense au football américain venaient de se précipiter l’une vers l’autre : dans 99% des cas, elles se neutralisent en quelques secondes, et c’est exactement ce qui se produit, suite à la publication d’une rafale de statistiques aux États-Unis à 14h30.

Tout s’est figé et les indices boursiers semblent incapable de gagner ou de perdre un pouce de terrain. Alors même que la balance penche fortement en faveur d’un bilan positif, de nature à encourager les optimistes.

Le coût du travail repart à la hausse

Le chômage en données hebdomadaires reste en effet proche des planchers historiques (+2 000, à 211 000) mais sur une moyenne de quatre semaines, la situation continue de s’améliorer (-7 750 à 221 500) et le nombre total d’allocataire indemnisés tombe à 1,76 million, meilleur score depuis mars 1973.

Après un petit creux apparent en terme d’activité au mois de mars, la machine semble bien repartie en avril avec une hausse de 2,1% du nombre d’heures travaillées, ce qui entraîne – et c’est peut-être là le problème – une hausse de 2,7% du coût unitaire du travail.

D’où une productivité en hausse de seulement 0,7% au 1er trimestre quand le PIB ressort à +2,3%… et là, Wall Street peut légitimement faire la grimace.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire