Le faux-espoir de la « semaine de grâce »…

Rédigé le 20 février 2015 par | Autres indices, Toutes les analyses Imprimer

Alors que l’hypothèse du « Grexit » tenait la corde en début d’après-midi, faisant reculer les places européennes de -1%, voici que le Président de la CDU (Günther Oettinger , le principal soutien d’Angela Merkel) estime que les négociations avec la Grèce pourraient être prolongées d’une semaine pour se « donner le temps » de trouver un compromis.

Ce sont des « paroles avec la bouche » car si le moindre risque de « Grexit » n’est pas écarté dès ce week-end, ce sera la bank run et il n’y a aura plus rien à sauver puisque les banques grecques seront out, au tapis pour le décompte final, leurs fonds propres désintégrés.

On accusera ensuite les grecs d’avoir précipité leur propre fin… après avoir tenté le coup du « cheval de Troie » auprès de l’Eurogroupe, un piège déjoué jeudi par Wolfgang Schaüble tente-t-on de nous faire croire).

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire